La 4e édition du Salon de l'emploi, de la formation et de l'entrepreneuriat de Shawinigan se déroulera le 4 octobre, au Centre Gervais auto. De gauche à droite: Michel Angers, maire de Shawinigan, David Marcouiller, conseiller en développement économique à la ville de Shawinigan et coordonnateur de l'événement et  Jean-François Gingras, PDG de ARM Agence de recouvrement.

Salon de l'emploi: fin prêt pour la 4e édition

Le compte à rebours vers la quatrième édition du Salon de l'emploi, de la formation et de l'entrepreneuriat de Shawinigan est bien amorcé. Dans un peu plus de deux semaines, le 4 octobre, le Centre Gervais auto accueillera à nouveaux des centaines de chercheurs qui sillonneront les allées où les attendront environ 70 exposants et 700 offres d'emplois.
Lundi matin, les organisateurs se sont réunis chez ARM Agence de recouvrement, au centre-ville, pour donner le bilan de la période d'inscriptions. Une fois de plus cette année, le salon affichera complet puisque 69 entreprises et organismes ont déjà confirmé leur présence. Le succès anticipé conforte le maire de Shawinigan, Michel Angers, sur la nécessité d'organiser cette activité chaque année.
«Les entrepreneurs ont toujours besoin de se faire connaître», fait-il remarquer. «Faites le tour à Shawinigan: savez-vous combien de personnes travaillent chez ARM, chez Kongsberg? Nous sommes en pénurie de main-d'oeuvre. Qui aurait dit ça il y a dix ans? C'est un revirement de situation complet!»
La rencontre se déroulait chez ARM parce que le président et directeur général de l'entreprise, Jean-François Gingras, agit à titre de président d'honneur de cette quatrième édition. Ce qui se passe actuellement dans l'ancien palais de justice, au coin de la 5e Avenue de la Pointe et de l'avenue de la Station, illustre les défis auxquels ce centre d'appels est confronté.
«Il faut faire un peu de gymnastique pour placer tout notre monde», fait remarquer M. Gingras. «Il y a quatre ans, nous étions moins de 50 employés et nous sommes rendus à plus de 220.»
M. Gingras croit qu'au rythme actuel, des décisions devront être prises d'ici un an pour bien gérer cette croissance. L'ouverture d'un bureau à Montréal, pour faciliter le recrutement de la main-d'oeuvre et bénéficier d'un meilleur bassin d'employés bilingues, est sérieusement envisagée.
«Pour le moment, nous regardons autour pour voir ce qu'on pourrait faire», explique M. Gingras. «Nous avons pratiquement fini de rénover notre immeuble et on commence à être serrés. Nous ne savons pas encore exactement ce que nous allons faire. Nous avons une équipe, avec Comméléo Studio, une division numérique, qui s'est installée au DigiHub. On regarde les immeubles voisins.»
«Il y a aussi la question de l'employabilité», ajoute le dirigeant. «Nous recevons moins de CV, c'est plus difficile. En mai, nous avons trouvé 25 nouveaux emplois et un contrat nous en amènera une dizaine d'autres. L'un des grands défis ici, c'est le bilinguisme.
Si on décide de grandir ailleurs, nous irons pour aller chercher du bilinguisme. On pourrait se rapprocher d'une ville comme Montréal. Mais en même temps, c'est la jungle des centres d'appels, là-bas. Nous, notre force, c'est d'être en région. Ça devient difficile, parce qu'on n'a jamais voulu aller s'installer à Montréal, mais aujourd'hui, on est obligé de l'envisager.»
Conférences
David Marcouiller, conseiller en développement économique à la Ville de Shawinigan et coordonnateur de l'événement, explique que certaines petites attentions ont été ajoutées pour cette quatrième édition afin de rendre l'expérience encore plus agréable pour les visiteurs.
«Pour le volet des emplois non spécialisés, on parle de 200 emplois placés sur des babillards», rappelle-t-il. «Nous aurons une équipe sur place pour aider les gens à repérer les types d'emplois recherchés. Nous les aiderons aussi à postuler.»
M. Marcouiller est parvenu à dénicher quelque 400 emplois disponibles chez les exposants qui seront présents. À ceux-ci s'en ajouteront 200 ou 300 autres du marathon de l'emploi du Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan.
Une dizaine de formations seront également offertes aux visiteurs, de même que trois conférences: Shawinigan, une économie qui se réinvente; Shawinigan Fantastique et enfin, Shawinigan 2.0.
Rappelons que cette quatrième édition débutera une heure plus tard, à 14 h et prendra fin à 18 h 30.