Carl Gravel serrant la main d’Alexandre Trudel, nouveau propriétaire de l’entreprise familiale RGF électrique inc. fondée en 1976.

RGF électrique change de mains

TROIS-RIVIÈRES — C’est avec un pincement au cœur que Louis et Carl Gravel ont passé le flambeau de l’entreprise familiale RGF électrique inc. fondée par leur père à l’un de ses principaux actionnaires, Alexandre Trudel, le 1er juin dernier.

«On a versé une grosse larme la journée que ça s’est fait, mais on reste impliqués», affirme Carl Gravel, qui continuera de s’occuper des finances de l’entreprise.

Cela fait pas moins de 10 ans que les Gravel préparent cette transition en vue d’assurer une relève pour l’entreprise trifluvienne fondée par leur père en 1976. Les deux frères en étaient les actionnaires principaux depuis 2000.

En 2009, ils ont approché Alexandre Trudel, l’un de leurs employés, afin de lui manifester leur intérêt pour qu’il possède des actions dans l’entreprise, puis qu’il en devienne le propriétaire une dizaine d’années plus tard.

«On cherchait un repreneur, de l’aide pour continuer et on a vu le potentiel d’Alexandre», raconte M. Gravel. «Ce qui est difficile dans le milieu de la construction, c’est que les employés sont rarement des gens d’affaires qui sont capables de faire de l’administration, ce sont souvent des gens qui sont plus habiles de leurs mains, mais en jasant avec lui, je me suis aperçu qu’il avait ce sens-là des affaires».

«C’est sûr que ça a été flatteur qu’il voie ça en moi», commente M. Trudel. «J’ai appris beaucoup et ça m’intéressait de plus en plus», dit celui qui est formé, à la base, comme électricien de construction.

Depuis le début de son parcours d’actionnaire en 2009, M. Trudel s’est également impliqué dans la Société immobilière G3R inc., qui est présidée par Carl Gravel. L’implication de ce dernier dans des entreprises autres que RGF électrique inc. a d’ailleurs joué un rôle dans la décision de passer le flambeau à M. Trudel.

Travailler pour la continuité de l’entreprise

Malgré le changement de propriétaire chez RGF électrique inc., il n’y a pas de modifications importantes prévues pour les prochaines années. «C’est une transition sur 10 ans, donc il n’y a pas de grands changements», indique M. Gravel. «C’est ce qui est beau dans l’histoire, parce que souvent les transitions, le financement, toute cette mécanique est très difficile dans la relève d’entreprise, mais là comme on a fait un plan sur 10 ans, qu’on l’a tenu et qu’on a respecté nos échéanciers, l’entreprise fait juste continuer à opérer.»

M. Trudel a par contre quelques idées pour l’entreprise dont il est maintenant le seul actionnaire: il souhaite obtenir davantage de contrats d’entreprises privées et, si le besoin est présent, travailler sur des projets qui dépassent les territoires du Québec et de l’Ontario.

Il est toutefois bien clair pour M. Trudel que les bureaux de RGF électrique inc., dont le chiffre d’affaires est passé de 20 à 40 millions de dollars depuis 10 ans, resteront à Trois-Rivières malgré l’expansion de l’entreprise. «La majorité de notre ouvrage est à Montréal, mais ça prend 1h15, 1h30... Quelqu’un qui part de la Rive-Sud et qui s’en va sur la Rive-Nord, ou le contraire, c’est le même temps, c’est juste qu’ils sont pris dans le trafic», affirme M. Trudel.

Cumuler les succès

RGF électrique inc. est présente actuellement sur plusieurs chantiers importants au Québec, donc celui du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), du Complexe 4 glaces de Gatineau et du Colisée de Trois-Rivières. En région, l’entreprise a également obtenu un contrat au Centre d’événements et de congrès interactifs (CECI) de Trois-Rivières.

En pleine pénurie de main-d’oeuvre, comment l’entreprise trifluvienne fait-elle pour cumuler les succès? «On a vraiment un beau noyau d’employés qui fait qu’on a beaucoup de contrats à venir parce que les entrepreneurs n’ont plus de main-d’oeuvre pour les réaliser, les contrats», affirme M. Gravel, qui dit être pratiquement épargné par la pénurie qui sévit présentement au Québec.

L’entreprise emploie près de 150 employés, dont une cinquantaine se trouvent en Mauricie. «C’est une grosse entreprise familiale, ici, et même avec Alexandre, ça continue. Nous sommes proches des employés, il y a un sentiment d’appartenance et de fierté», explique M. Gravel.

La stabilité et la loyauté de l’équipe chez RGF électrique inc. font en sorte que l’entreprise accumule les contrats, ce qui permet aux employés de travailler tout au long de l’année, contrairement aux conditions parfois précaires durant la saison hivernale dans d’autres entreprises du domaine. «L’entreprise est vraiment sur une belle lancée, surtout depuis qu’Alexandre est là. On voit le renouveau, donc on est très confiants pour la suite des choses», conclut M. Gravel.