Les intervenants économiques et politiques de Louiseville veulent dynamiser le centre-ville.

Revitalisation commerciale à Louiseville: en quête d’inspiration

Louiseville — Le centre-ville de Louiseville est en quête d’inspiration pour assurer son développement. C’est dans cet esprit qu’une délégation louisevilloise s’est rendue à Victoriaville afin de constater l’orientation prise en matière de revitalisation commerciale, une orientation axée sur une expérience qui dépasse le fait de consommer un produit ou un service.

Environ 15 personnes ont pris part à cette mission le 21 mai. Le Comité de revitalisation commerciale de Louiseville a choisi d’aller rencontrer les gens de Victoriaville étant donné que leur centre-ville attire les regards et les honneurs depuis quelques années.

«Ce n’est pas la première mission organisée pour de la revitalisation. Mais on voit les défis de revitalisation qui ont changé. On est allé à Victoriaville pour voir comment ils ont surmonté les défis, comment ils ont bonifié leur centre-ville. À Victoriaville, ils ont fait un grand projet de revitalisation», commente Karell Desaulniers, coordonnatrice à la vitalité du milieu.

Mme Desaulniers a remarqué que cet effort de revitalisation s’est fait de façon inclusive. L’accès au centre-ville est agréable, la Ville ayant investi dans la réfection et l’élargissement de trottoirs qui permettent une meilleure circulation à tout le monde.

«Le fait que la Ville a fait des travaux a incité les commerçants à refaire leur devanture avec un programme de rénovations. Beaucoup de bâtisses ont été rénovées. Les trottoirs larges permettent d’installer des bancs, des espaces verts, ce qui permet aux gens de s’approprier leur centre-ville. Le centre-ville est propre, il y a une belle considération des gens au niveau visuel, une belle uniformité au sein du centre-ville. Il y a de la musique diffusée. C’est agréable d’y circuler», note Mme Desaulniers.

Selon elle, certains aménagements peuvent aussi être réalisés sans devoir remuer ciel et terre comme prévoir l’installation de bancs et la diffusion de musique.

«Ce n’est pas juste un changement physique. C’est un changement dans la façon de percevoir la ville, le centre-ville. Ils ont rendu les citoyens et les commerçants fiers de leur centre-ville et ont donné le goût aux gens d’y aller. Ils ont développé une image de marque. Les gens vont au centre-ville pour faire une sortie et non pas juste pour faire une course. Les gens prennent le temps de faire le tour, d’aller souper, de voir un spectacle, de prendre un verre sur une terrasse. Ça devient une destination d’agrément plus que juste aller faire une course. Il faut développer le volet expérience, pouvoir se divertir. Ça prend des commerces qui offrent des produits et services, mais aussi tâter le terrain pour des entreprises qui offrent du divertissement», note Mme Desaulniers, qui aimerait bien attirer une entreprise de jeux d’évasion.

Une visite du genre a été organisée en 2007, à Donnacona et Saint-Raymond. Cette démarche avait amené une réflexion sur les avenues à prendre pour revitaliser le centre-ville et un plan directeur a suivi en juin 2008.

Karell Desaulniers est coordonnatrice à la vitalité du milieu à la Ville de Louiseville.

Julie Lemieux se rappelle cette époque, ayant pris part à plusieurs travaux entourant cette démarche. L’ex-directrice générale de la Société d’aide au développement des collectivités de la MRC de Maskinongé était parmi les visiteurs à Victoriaville. Elle croit que le centre-ville louisevillois est à un tournant.

«Il faut revoir, penser aux améliorations, maximiser l’expérience du client. Mais il faut parler d’aménagement des espaces communs, des espaces verts. Victoriaville est un modèle, car ils ont intégré le citoyen dans leurs démarches. Ils ont considéré leurs besoins de mobilité. C’est plus large que l’aspect visuel. On pense aux gens qui sont non voyants, les familles. Le mobilier urbain est pensé pour les familles, pour que deux poussettes passent en largeur. Ils ont conjugué la modernité et le volet patrimonial. Ils ont bien fait les choses.»

Karell Desaulniers mentionne que les commerçants louisevillois ayant été de la visite à Victoriaville ont pu discuter avec des marchands de cette ville afin d’échanger sur le processus de revitalisation. Julie Lemieux a observé la même chose et souligne que cette orientation a été gagnante.

«Le fait d’améliorer le centre-ville a fait augmenter les ventes. C’est stimulant pour la vitalité économique.»

Mme Lemieux croit que Louiseville pourrait adopter certains éléments. Élargir les trottoirs en enlevant des espaces de stationnement sur un côté de la rue, utiliser cette nouvelle largeur de trottoir pour installer des terrasses, prévoir des stationnements à l’arrière des boutiques sont des possibilités.

«Ça prend une volonté politique de le faire et ça relève de la Ville. Il faut de l’investissement. Quand la Ville le fait, les commerces suivent», soutient Mme Lemieux.

Le plan directeur a conduit la Ville de Louiseville à mettre en place en 2013 un programme de subventions pour la rénovation de façades, en collaboration avec le CRCL et la SADC. Ce programme respecte le plan d’implantation et d’intégration architecturale déterminé afin d’assurer un développement plus uniforme du centre-ville.

D’après Karell Desaulniers, le plan directeur sera maintenu, mais dans une version améliorée.

L’ex-directrice générale de la SADC de la MRC de Maskinongé, Julie Lemieux.

«On est rendu 10 ans plus tard. On va travailler à la progression du plan.»