Les propriétaires du restaurant Le Grec, Ioanna et Dimitris Yannopoulos.

Restaurant Le Grec: «On veut que ça continue 60 ans encore»

TROIS-RIVIÈRES — En restauration, très peu d’établissements peuvent se vanter d’être encore actuel et florissant 60 ans après leur ouverture. C’est pourtant le cas du restaurant Le Grec du secteur Pointe-du-Lac à Trois-Rivières, dont les propriétaires avaient invité près d’une centaine de convives, lundi soir, afin de célébrer en grande pompe cet important anniversaire.

«On veut que ça continue 60 ans encore», lance spontanément l’une des propriétaires, Ioanna Yannopoulos. Elle et son frère sont en effet les actuels propriétaires du restaurant de la rue Notre-Dame Ouest. La sœur et le frère constituent d’ailleurs la troisième génération à mener la barque qu’est ce mythique restaurant trifluvien, connu et respecté à l’échelle du Québec pour sa pizza – qui n’est pas et ne sera jamais servie en format «large» – ainsi que les costumes traditionnels grecs que portent les serveuses.

Mais quel est le secret de la réussite de cette entreprise familiale qui attire des clients de partout et dont la cuisine constitue un rituel quasi hebdomadaire de nombreuses familles de Trois-Rivières et des environs?

«On garde toujours les mêmes valeurs, et ce dans tous nos projets. Je crois que c’est une des choses qui fait notre succès», répond Mme Yannopoulos, comme elle l’a fait à plusieurs reprises au cours des dernières années à des entrepreneurs issus de tous les milieux et à la recherche d’idées ou de façons de faire afin d’avoir du succès. Elle ajoute que le fait d’avoir travaillé en compagnie de leurs parents pendant plusieurs années leur a permis, à son frère et elle, de s’imprégner des valeurs de l’entreprise qui a été fondée en 1959 par Catherine Xenos et Jimmy Dédopoulos, la tante et l’oncle du leur père, Constant Yannopoulos. Ce dernier a pris sa retraite en 2009 et a laissé sa place à ses enfants ainsi qu’à sa femme, Rachelle Montour.

Plusieurs membres de la famille étaient réunis pour célébrer le 60e anniversaire dont Stéphane Gagnon et sa conjointe Ioanna Yannopoulos, la grand-maman Rachelle Montour, la fille de Stéphane et Ioanna, Danaë Gagnon, Dimitris et sa conjointe Billie Arcand ainsi que leurs enfants Ilias et Lemony.

Bien qu’ils reconnaissent que leur restaurant constitue une source de souvenirs pour un grand nombre de personnes et que leur succès fait l’envie de plusieurs, le frère et la sœur précisent que c’est presque uniquement lors de célébrations comme celle de lundi qu’ils ont pleine conscience de ce que leur établissement représente.

«Au quotidien, on ne se rend pas compte qu’on est fame de même et que le Québec nous adore! Mais quand on a des événements comme celui d’aujourd’hui, les gens nous sollicitent et nous le disent. On s’arrête alors un moment et on se dit que c’est grand ce que l’on a réalisé. Mais dans la vie de tous les jours, on est avec nos employés, nos clients et nos fournisseurs et on ne se rend pas compte de ça. On fait ce que l’on aime», poursuit Mme Yannopoulos.

D’autres projets

Au cours des années, Le Grec est devenu plus que le restaurant de la route 138. Après la mise en marché des vinaigrettes du Grec, qui sont en vente dans les supermarchés, deux succursales Y Pizza, une sur le boulevard des Forges et une seconde à Beauceville, ont récemment ouvert leurs portes. D’autres projets d’expansion devraient d’ailleurs être réalisés prochainement, promettent les propriétaires. Il est notamment possible que d’autres Y Pizza voient le jour dans un avenir pas si lointain.

«On travaille fort là-dessus. Ça va très bien. Ç’a été difficile au début, car c’était nouveau pour nous cette formule. Nous avons un compagnon de travail et associé, Simon Aubin Fortin, qui fait un très bon travail. Il s’occupe des Y Pizza ainsi que de la concession aux Aigles», indique Dimitris Yannopoulos, qui est la partie créative du duo de propriétaires selon sa sœur.

La quatrième génération

Même si la retraite est encore loin pour eux, les propriétaires entrevoient déjà le moment où leurs propres enfants prendront la relève. Conscients qu’ils voudront eux aussi mettre le grain de sel, ou d’épice, dans la recette, ils ne sont par contre pas inquiets qu’ils respecteront eux aussi la philosophie de l’entreprise. Les costumes des serveuses font notamment partie des choses qui sont là pour rester. Pas question de les changer selon M. Yannopoulos.

«On va lui dire qu’il n’est pas fait pour travailler au Grec», répond-il à la blague quand on lui demande ce qu’il dirait si un de ses enfants voulait s’en débarrasser.

Une websérie pour faire
connaître les dessous du métier

La famille Yannopoulos a profité des festivités de lundi pour présenter le premier épisode d’une websérie ayant comme objectif de faire découvrir les dessous du métier de restaurateur et la vie mouvementée que mènent les membres de l’entreprise familiale. Intitulée L’ingrédient secret, elle compte neuf épisodes et a été créée en collaboration avec l’agence trifluvienne Absolu. Elle sera présentée à compter du 5 novembre sur le site web du Grec, Facebook et YouTube.