Cette illustration donne un aperçu du nouveau centre-ville de Victoriaville depuis la réalisation des travaux de revitalisation.

Redynamisation du centre-ville de Victoriaville: «Un projet rassembleur»

Louiseville — Le coup de barre donné par Victoriaville afin de redynamiser son centre-ville donne les résultats espérés, selon Jean-François Morissette. Mais pour y arriver, Victoriaville n’a pas lésiné sur les consultations publiques afin de connaître l’avis de sa population et a adopté une approche qui en favorise l’accès.

Le directeur du service de la gestion du territoire de la Ville de Victoriaville a eu le mandat de monter le projet de revitalisation du centre-ville après que le conseil municipal eut décidé, en 2015, de revamper ce secteur commercial. L’objectif était que le centre-ville projette une image moderne et devienne un lieu d’agrément.

«C’est un projet rassembleur, note M. Morissette. On a fait beaucoup de consultations. On a rencontré les jeunes du secondaire, les jeunes du cégep, les personnes âgées et les commerçants pour arriver à un projet consensuel. Les gens cherchaient un endroit où passer du temps. Ils voulaient plus qu’un centre commercial. Ils voulaient un endroit où ils auraient le goût de flâner, le goût de marcher. Ils trouvaient que c’était nécessaire de faire des travaux, car le centre-ville était devenu moins invitant.»

Habitée par environ 47 000 personnes, Victoriaville a lancé un plan d’investissement de huit millions de dollars. La grande partie du budget a été allouée au réaménagement de la rue Notre-Dame et de la rue de la Gare. Réfection de rues et de trottoirs, espaces réservés aux piétons, mise en place de mobilier urbain et de végétation, nouvel éclairage, tout a été pensé et réalisé pour faire du centre-ville de Victoriaville une destination commerciale et de détente.

«On a enlevé 30 cases de stationnement sur un côté de la rue, car on avait peu d’espace pour les piétons. On se garde un corridor de 2,1 mètres pour que ce soit confortable pour les piétons avec mobilité réduite, pour les gens qui se déplacent avec des poussettes. Quand ça devient confortable pour les gens avec des limitations motrices, on parle de confort pour tout le monde. On a amélioré l’accessibilité au centre-ville. C’est un critère de base du concept de réaménagement. L’accessibilité universelle est une valeur fondamentale à Victoriaville. Dès qu’on intervient sur l’aspect public, on y pense», mentionne le directeur.

Le réaménagement physique du centre-ville a été suivi en 2016 par l’implantation d’un programme de subvention afin d’encourager les commerçants à rénover la façade de leur boutique. Victoriaville a un budget de 150 000 $ par année et couvre le tiers des coûts des travaux jusqu’à une participation maximale de 20 000 $.

Selon les données fournies par la Ville de Victoriaville, 28 projets ont été réalisés durant les trois premières années du programme, soit de 2016 à 2018. Ces travaux ont engendré des investissements totalisant 1 586 738 $.

Ce renouveau a l’impact souhaité. De nouveaux commerces se sont installés au centre-ville de Victoriaville. Cette dernière a mérité différents prix de reconnaissance et reçoit la visite d’autres villes du Québec qui veulent connaître la recette de son succès. «Des villes comme Saint-Eustache, Magog, Louiseville et Granby sont venues nous rencontrer pour voir comment a été le processus. Un gros impact dans la communauté est la fierté», explique M. Morissette, en précisant que Victoriaville a tiré profit de l’expérience de Shawinigan concernant l’organisation d’un chantier de travaux dans un centre-ville.

Victoriaville a mérité le prix Excellence d’Hydro-Québec en 2017 et le prix Aménagement et Design 2018 lors du banquet de Rues principales.

Produit d’appel

Selon Jean-François Morissette, Victoriaville profitait d’un centre-ville qui allait bien, mais désirait investir pour le consolider. Depuis, les gens sont nombreux à le fréquenter, appréciant la facilité d’accès et l’ambiance. Mais la volonté de solidifier le centre-ville a suivi une autre idée: celle d’y implanter le Carré 150. Ce complexe culturel, inauguré en 2015, abrite deux salles de spectacles, un centre d’expositions pour les arts visuels, un studio de répétition et une salle de réception.

«La décision d’investir dans le centre-ville a été très pertinente de la part du conseil. Ça suivait une décision plus pertinente encore de mettre le centre de diffusion en plein centre-ville. Quand tu as un équipement structurant, c’est important de le placer au bon endroit pour avoir le meilleur rayonnement.»