Les phases II, III et IV sont lancées au Récif sur la Saint-Maurice. Au centre, le maire de Shawinigan, Michel Angers, entouré des promoteurs André Laroche et Mario Lavaute.

Récif sur la Saint-Maurice: place aux nouvelles phases

Shawinigan — Annoncé en pleine campagne électorale municipale à l’automne 2017, le projet de développement de condominiums Récif sur la Saint-Maurice, en face de l’île des Piles, vient d’inaugurer un premier immeuble de 14 unités, dont dix sont vendues. Jeudi matin, les promoteurs Mario Lavaute et André Laroche ont annoncé les prochaines étapes, dont le développement d’une halte de services au carrefour giratoire de la route 155.

L’investissement total est toujours estimé à 38 millions de dollars, échelonné sur sept ans. Le maire de Shawinigan, Michel Angers, s’est fait un plaisir de relever que les sceptiques sont confondus dans ce dossier.

«Je me rappelle, quand nous avions fait cette annonce à la Maison de la culture Francis-Brisson. Nous étions à la veille de l’élection et certains disaient qu’un projet comme celui-là ne pourrait jamais voir le jour à Shawinigan. Il y avait énormément de sceptiques. Aujourd’hui, c’est la démonstration de votre vision», souligne le maire, en s’adressant aux promoteurs.

L’inauguration de la marina de Grand-Mère, tout près, constitue également une valeur ajoutée dans le secteur, fait remarquer M. Angers.

Comme il se produit souvent dans des projets de cette envergure, des écueils ont toutefois retardé les travaux. À l’origine, un premier immeuble de 24 condos devait être inauguré en 2018.

«Bien entendu, il y a toujours des délais administratifs», explique M. Laroche. «Il faut des permis, des autorisations municipales et provinciales. Nous avons voulu faire ça selon les règles de l’art, alors nous avons pris le temps. Nous avons aussi décidé d’aménager immédiatement des aires de bateaux, ce qui fait que ça a été plus long que prévu.»

Ce délai a aussi permis aux promoteurs de réviser leur projet, car au départ, trois tours de 24 unités chacune sur six étages avaient été annoncées. «Nous sommes toujours à l’écoute de nos clients», mentionne M. Laroche. «Les demandes étaient plus familiales, plus intimistes. Nous avons donc décidé d’ajouter des maisons de ville, de faire quatre phases plutôt que trois, dont une de location.»

Il s’agit d’ailleurs de la nouvelle priorité pour les promoteurs. La phase IV, celle de la location, a été devancée en juillet 2020, car une liste d’attente s’est créée. La phase II s’ébranlera aussi l’été prochain. Chaque immeuble bénéficiera de ses quais.

M. Laroche voit une belle opportunité pour le marché locatif.

«C’est une clientèle différente et nous avons une demande», observe-t-il. Les condos se vendent à partir de 179 000 $ dans la phase I, mais à 229 000 $ pour la phase II. En location, le promoteur estime les tarifs à 1250 $ par mois. Des unités de type 3 1/2, 4 1/2 et 5 1/2 sont offertes.

La dernière version du développement Récif sur la Saint-Maurice s’étend maintenant sur quatre phases et totalise une cinquantaine de condos. «Plusieurs personnes de l’extérieur qui sont maintenant à la retraite reviennent à Shawinigan», observe M. Laroche. «Nous avons vendu à des gens du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario. Nous sommes surpris de voir ces gens revenir dans leur patelin.»

À l’entrée du développement, le Carrefour de la Saint-Maurice se met aussi en branle. Il s’agit d’une phase commerciale toujours prévue avec une station-service, un dépanneur, une bannière de restauration rapide, une borne de recharge pour véhicules électriques et une station de vidange pour les véhicules récréatifs. Ces investissements devraient être complétés dans un an.

De plus, un volet commercial est prévu autour de la station-service. L’établissement d’une brasserie est attendu en 2021 ou 2022. «Nous voulons retenir les adeptes de motoneige et de véhicules tout-terrains», souligne M. Laroche. «Ils pourront ainsi se restaurer et dépenser ici, à toutes les saisons.»