Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonathan Julien, et le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.
Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonathan Julien, et le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

Québec investit 70 M$ pour le gaz naturel renouvelable

TROIS-RIVIÈRES — Affirmant qu’il s’agit d’une bonne avenue pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement du Québec s’engage à soutenir la production de gaz naturel renouvelable. Une aide financière de 70 M$ permettra notamment la concrétisation de huit projets de biométhanisation, dont celui de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie à son site d’enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès.

Les projets soutenus dans un premier temps par Québec sont des productions agricoles ou des sites d’enfouissements. Ces endroits regorgent de matière non valorisée pouvant être utilisée pour produire du gaz naturel renouvelable, affirme le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Jonathan Julien.

«Le distributeur Énergir doit mettre 1 % de gaz naturel renouvelable dans son réseau en 2020, 2 % en 2023 et 5 % en 2025. Si on veut être conséquent comme gouvernement, on investit dans le réseau de distribution et dans la production», soutient le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonathan Julien, lors de l’annonce à Sainte-Sophie-de-Lévrard.

«Ce qu’on envoie en pure perte actuellement, on veut le capter et l’envoyer dans le réseau. Si on atteint le 5 %, c’est 125 000 voitures qui passeraient de l’essence à l’électrique. Actuellement, nous espérons atteindre 100 000 véhicules électriques au Québec.»

Le projet de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie sera celui qui permettra de produire le plus de gaz naturel renouvelable parmi les huit projets ciblés par Québec. Une fois en fonction, Québec évalue qu’elle produirait annuellement 8,0 Mm3 de gaz naturel renouvelable. Comme tous les projets sur les sites d’enfouissement, ce projet est lié, précise le ministre, à l’implantation de la collecte des matières organiques.

Sur les 70 M$ annoncés mardi, 45 M$ permettront la réalisation des huit projets annoncés, dont celui de la Saint-Étienne-des-Grès. Ces sommes permettront de construire les installations et de les raccorder au réseau de distribution de gaz naturel. Les 25 M$ restants serviront à financer d’autres projets.

Cette annonce a été faite par le ministre Julien à la Ferme Sainte-Sophie, de Sainte-Sophie-de-Lévrard. Il s’agit d’une des fermes laitières les plus importantes au Québec. Le ministre de l’Énergie accorde une subvention de 3 M$ au Groupe Bioénertek pour financer une partie des investissements du projet global de 16,25 M$. Une aide de 6,6 M$ est aussi consentie à Énergir pour permettre de raccorder ce projet au réseau de distribution. L’usine de biométhanisation devrait être construite d’ici la fin de 2022.

«Il y a dans cette ferme plus de 1000 vaches laitières qui produisent du fumier qui était envoyé au champ directement. On perdait tout le potentiel énergétique», mentionne le ministre Julien.

«L’usine de biométhanisation va prendre à la fois les déchets organiques des animaux, plus les résidus industriels des laiteries et les matières organiques de la municipalité. C’est près de 40 000 tonnes de matières qui vont être ainsi biométhanisées.»

Le projet de Sainte-Sophie-de-Lévrard permettrait, selon le gouvernement, de diminuer les émissions de GES de 5 300 tonnes par années, car on diminue les importations. «C’est l’équivalent de 1300 véhicules à essences qui passeraient à l’électrique», précise le ministre Jonathan Julien.

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Jonathan Julien, est accompagné sur la photo de Jean-Guy Beaudet, propriétaire de la Ferme Sainte-Sophie et maire de Sainte-Sophie-de-Lévrard, de Philippe Laurencelle, président-directeur général du groupe Bioénertek, ainsi que de Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour.

Le choix du Centre-du-Québec pour faire cette annonce n’est pas anodin, souligne le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel. Cette région fortement agricole. Il mentionne que plusieurs fermes pourraient potentiellement produire du gaz naturel renouvelable et ainsi augmenter leurs revenus.

«On a des fermes extrêmement grandes dans la région. On a une occasion à saisir», estime-t-il.

«Notre gouvernement a été critiqué en environnement. Mais, c’est avec des mesures pragmatiques comme celles que nous annonçons aujourd’hui que nous allons atteindre les cibles de réduction de gaz à effet de serre.»

Liste des projets soutenus

ADM-Agri-Industries, Candiac, biométhanisation

Centre de traitement de la biomasse de la Montérégie, Saint-Pie, biométhanisation

GFL Environnement, Chicoutimi,lieu d’enfouissement

Groupe Bioénertek, Sainte-Sophie-de-Lévrard, agricole

Coopérative de solidarité Carbone, Victoriaville, agricole

Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi, Cowansville, lieu d’enfouissement

Carbonaxion Bioénergies, Neuville, lieu d’enfouissement

Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, Saint-Étienne-des-Grès, lieu d’enfouissement