Les cofondateurs de la Distillerie Wabasso, Maxime Vincent et Guyaume Parenteau.
Les cofondateurs de la Distillerie Wabasso, Maxime Vincent et Guyaume Parenteau.

Quand le gin mène au désinfectant à mains [VIDÉO]

Être en affaires est déjà synonyme de défis à relever, à plus forte raison quand l’environnement subit de grands bouleversements comme c’est le cas actuellement avec la crise pandémique. Selon un sondage réalisé par IDE Trois-Rivières, qui multiplie les stratégies pour soutenir les entrepreneurs, une majorité d’entreprises ont déjà initié différentes actions pour pallier leur baisse de revenus, comme la mise en marché de nouveaux produits et l’adaptation de leur modèle d’affaires. Au cours des prochains samedis, Zone Affaires mettra en évidence certains exemples.

Trois-Rivières — Tout en continuant à produire son gin réputé, la Distillerie Wabasso contribue à sa façon à la lutte contre la pandémie en produisant du désinfectant à mains.

«C’était essentiel qu’on fasse notre part dans cette situation de crise-là. Ça fait quelques jours qu’on y pensait, mais on ne voulait pas annoncer quelque chose qui n’était pas encore approuvé par Santé Canada. Pour nous, c’était hyper important de mettre un produit à la disponibilité des organismes d’ici qui était conforme à tous les critères», explique Guyaume Parenteau, cofondateur de la Distillerie Wabasso.

C’est d’ailleurs avec Maxime Vincent qu’il a mis sur pied cette entreprise en 2017. Située au 1024, rue Albert-Durand, à Trois-Rivières, la Distillerie Wabasso produit annuellement plus de 30 000 bouteilles de ses spiritueux, le gin Wabasso et Bourgeon, une liqueur de gin et d’érable.

Possédant une mentalité de rassembleurs et véritables artisans de rencontres savoureuses, les fondateurs sont toujours à l’écoute de bonnes idées en ce qui concerne le développement de produit.

Ayant pour mission d’offrir des spiritueux d’exception aux amateurs et pour objectif de toujours aller plus loin dans la démarche de production de même que dans l’expérience gustative et visuelle, les produits de la Distillerie Wabasso ont maintes fois été primés au cours des dernières années.

Par ailleurs, signe que la qualité des ingrédients, de la démarche de production et surtout des relations de ses artisans est reconnue dans la communauté, l’entreprise a également été récompensée lors du 35e Gala Radisson de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières en obtenant le prix dans la catégorie Nouvelle entreprise.

L’origine du nom de la Distillerie Wabasso provient de la Wabasso Cotton Company Limited, une usine spécialisée dans la production de toile de coton fine et blanche fondée en 1907, à Trois-Rivières, par Charles Ross Whitehead.

Le terme Wabasso signifie «lapin blanc comme neige» dans la langue des Ojibwés, un peuple des premières nations. Cet animal deviendra par ailleurs l’emblème de la compagnie.

«Nous voulons donner le désinfectant à mains à nos partenaires qui en ont bien besoin, aux organismes communautaires qui sont plus que jamais actifs sur le terrain, notamment les banques alimentaires, ainsi qu’aux gens qui font la livraison à domicile, car ces derniers ne peuvent pas en avoir par l’entremise du réseau de la santé», précise le cofondateur de la distillerie trifluvienne, Maxime Vincent.

«Pour le moment, notre produit ne sera pas disponible pour monsieur et madame Tout-le-Monde car nous voulons aider les personnes qui sont sur la première ligne. Nous nous ajusterons dépendamment de la réponse obtenue. Notre permis d’exploitation temporaire est valide pour six mois et si notre capacité de production est là, nous pourrons offrir le produit à plus grande échelle, à juste prix, en prenant en considération nos opérations régulières et notre coût de revient», renchérit-il.

Concrètement, une centaine de litres de désinfectant à mains sera produite par l’entreprise. Celui-ci sera composé d’un pourcentage d’alcool éthylique variant de 60 % à 80 % et d’un émollient afin d’éviter l’assèchement des mains. Par la suite, des bouteilles de 375 ml seront distribuées aux partenaires de la distillerie.

Finalement, il est à noter que la production des produits réguliers de la Distillerie Wabasso, le gin Wabasso, Bourgeon et gin Ginger, ne s’arrête pas en ces temps de turbulence.

«Ce n’est pas sain d’arrêter la production d’un produit pour faire exclusivement du désinfectant à mains. Nous voulons aider en cette période de crise, mais nous voulons aussi assurer la pérennité de notre entreprise afin de ne pas dépendre entièrement de l’État», conclut M. Parenteau.