Se relever de ses échecs

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

L’échec est inévitable. Que ce soit dans le cadre de nos activités professionnelles ou personnelles, il y a fort à parier que nous allons subir différents échecs au cours d’une vie. L’auteur J.K. Rowling a essuyé des refus de plusieurs maisons d’édition avant de réussir à publier sa saga Harry Potter. Michael Jordan n’a pas réussi à percer l’équipe de basketball de son école secondaire et Albert Einstein a échoué son examen d’entrée de l’École polytechnique!

Ces exemples montrent bien que l’échec ne doit pas pour autant être perçu comme une raison d’abandonner, mais devrait constituer plutôt une occasion d’apprendre et de trouver une autre façon d’atteindre un objectif, souligne le magazine CEOWORLD qui suggère différents moyens d’aborder un échec positivement afin d’en tirer le meilleur parti.

Quelle que soit la raison de l’échec, il importe d’abord d’en prendre la responsabilité et de ne pas essayer de trouver des boucs émissaires. Il faut aussi apprendre à la digérer et ne pas mettre simplement l’échec dans le rétroviseur et faire comme si cela ne s’était jamais produit. Il faut utiliser les échecs comme des blocs de construction d’une future réussite.

L’acceptation de l’échec, mais surtout la façon d’y répondre dicteront les résultats à venir. L’échec doit servir de source de motivation pour se relever et essayer de nouveau. Car, comme l’a si bien dit Michael Jordan: «J’ai échoué encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi je réussis. Donnez-vous la permission d’échouer - c’est peut-être la chose qui changera le plus votre vie.»

Pour en savoir plus : Why Leaders Embrace Failure

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce