Retour en force de la fraude au président

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

La fraude au président n’est pas un nouveau phénomène d’escroquerie. Ce type de cyberattaque a frappé bon nombre d’entreprises de toutes tailles ces 20 dernières années. Mais après une brève accalmie, ces attaques ont explosé depuis le début de la pandémie, constate Eric Vernier, directeur de la Chaire Commerce, Échanges & Risques internationaux à l’Université de Lille, dans un texte publié par le journal économique français La Tribune.

La fraude au président, appelée «whaling» en anglais, est cette méthode utilisée par les cybercriminels qui se font passer pour un dirigeant de l’entreprise pour tenter d’hameçonner directement la haute direction dans le but notamment de soutirer de l’argent ou des informations sensibles. Cette chasse à la baleine diffère des tentatives de phishing qui ciblent de plus petits poissons au sein de l’entreprise.

Or, même si les entreprises avaient pris des mesures pour contrer ces cyberattaques, la crise sanitaire a écarté un peu plus les mailles du filet. Et ce, pour trois raisons principales : la faible sensibilisation, particulièrement au sein des PME qui en sont désormais les principales victimes, la routine et la surconfiance.

Les entreprises ont en effet tendance à baisser la garde, alors qu’il est nécessaire de stimuler régulièrement l’attention sur ces risques. Le PDG d’une PME, victime d’une telle attaque en novembre dernier, admet d’ailleurs que ses procédures n’avaient pas été vérifiées et mises à jour depuis plus de deux ans. Il faut d’autant se méfier que la digitalisation des échanges et le contexte sanitaire ont fait entrer la fraude dans une nouvelle ère, prévient l’auteur.

Pour en savoir plus : Fraude au président : la crise sanitaire a déclenché une nouvelle vague d’attaques

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce