La nouvelle ère du marketing

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires. 

***

La pandémie a bouleversé les façons de faire en matière de marketing, remettant en question les certitudes et les règles existantes sur les relations avec les clients et la création de marques. Le magazine Harvard Business Review a recensé 10 nouvelles vérités marketing qui combinent stratégies et technologies.

D’abord, le marketing ne consiste plus à connaître le client, mais plutôt à avoir une meilleure connaissance du segment de clientèle. Les messages marketing doivent être alignés sur la situation d’un consommateur, par opposition aux données démographiques, telles que l’âge et le sexe. Cela se traduit par une meilleure compréhension de la situation sur le terrain, région par région, ville par ville, code postal par code postal. Pour certaines entreprises telles que les détaillants, cela peut même aller jusqu’à adapter sa stratégie magasin par magasin.

Autre constat : les entreprises ne sont plus en compétition avec leurs concurrents, mais avec la dernière meilleure expérience de leur client. La pandémie a accéléré la transformation numérique et fait grimper les attentes des consommateurs envers les entreprises pour leur offrir une expérience plus numérique. Ils s’attendent aussi à ce qu’elles leur offrent exactement ce qu’ils veulent.

Avant, la marque devait se porter garante de produits de qualité. Aujourd’hui, elle doit surtout défendre de grandes valeurs. Si la qualité, la commodité et le prix comptent toujours beaucoup pour le choix des consommateurs, des facteurs tels que la durabilité, la confiance, l’approvisionnement éthique et la responsabilité sociale sont de plus en plus importants dans la manière dont les consommateurs choisissent leurs produits et services.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce

À lire aussi