Un autre projet d’envergure plane sur le parc industriel de Bécancour.

Projet d’usine de 200 M$ à Bécancour

Bécancour — Un projet d’usine de purification du graphite, évalué à plus de 200 millions de dollars, plane sur Bécancour alors que l’entreprise Nouveau Monde Graphite (NMG) a réservé une option d’achat sur un terrain de deux millions de pieds carrés dans le parc industriel.

Le président-directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Maurice Richard, a confirmé l’information. «C’est un dossier qui était confidentiel, mais pas nouveau. Ça fait un bon petit bout. Les investisseurs d’Angleterre sont des gens crédibles et c’est une compagnie très reconnue», explique celui qui évoque la création potentielle d’une centaine d’emplois

C’est par voie de communiqué que NMG a dévoilé le développement d’un procédé de purification thermo-chimique afin de compléter son offre au marché avec des produits de pureté supérieure à 99,95 %. Et pourquoi Bécancour? Parce qu’il s’agit d’un secteur à haut potentiel identifié pour la filière des batteries électriques en raison du coût de l’énergie, de la disponibilité de la main-d’œuvre, de la facilité du transport et de la proximité du marché américain.

À terme, NMG compte construire une usine de fabrication de matériaux d’anodes pour les batteries lithium-ion d’une capacité de 35 000 tonnes projetées annuellement pour une première phase d’exploitation, puis de 100 000 tonnes par an grâce à des accords pour l’approvisionnement en matière première d’autres fournisseurs de graphite potentiels.

NMG a découvert en 2015 un gisement de graphite de haute qualité sur sa propriété Matawinie située à Saint-Michel-des-Saints, à 150 km au nord de Montréal, au Québec. Cette découverte a mené à l’annonce des résultats d’une étude de faisabilité en date du 24 octobre 2018. L’étude de faisabilité a démontré la forte rentabilité du projet avec une production projetée de 100 000 tonnes par année de concentré de graphite sur une période de 26 ans.

NMG opérera son usine de démonstration jusqu’en 2020. Durant cette période, elle prévoit la production de 2000 tonnes de flocons de graphite concentré dans le but d’homologuer ses produits auprès de clients nord-américains et internationaux.

Or, c’est dans une optique d’intégration verticale et de développement durable que NMG planifie la construction d’une usine dédiée à la transformation secondaire à grande échelle de son graphite afin de répondre aux besoins croissants de l’industrie des batteries lithium-ion.

NMG vient donc d’annoncer l’achèvement réussi des tests et des inspections pour ses équipements de micronisation et sphéronisation commandés pour son usine de démonstration de seconde transformation de graphite.

Suite à cette ronde de validation réalisée en Asie par l’équipe technique de NMG, les équipements ont été expédiés en vue d’une prise de possession en sol canadien à la fin du quatrième trimestre de 2019. Les équipements seront installés à même l’usine de démonstration en opération à Saint-Michel-des-Saints afin de mettre à l’essai le procédé développé pour la production de produits à valeur ajoutée (PVA) dès le premier trimestre de 2020.

À cet effet, NMG vient d’octroyer le contrat d’ingénierie-approvisionnement-construction à Seneca pour l’usine de démonstration de micronisation et sphéronisation. Et afin de l’appuyer dans la mise en place de ce segment de production, Nouveau Monde a aussi annoncé l’embauche de René Boisvert à titre de Directeur, Projet PVA. M. Boisvert est ingénieur électrique gradué de l’Université Laval comptant 30 années d’expérience dans la production de silicium de même que le design et la construction d’unités de production.

«Notre plan d’affaires progresse bien comme en témoigne l’embauche de M. Boisvert, un gestionnaire de grande expérience, et l’octroi d’un mandat intégré à Seneca. Bien plus qu’une entreprise minière, NMG se positionne comme un acteur de la chaîne de valorisation du graphite avec la seconde transformation projetée d’une importante part de notre production de concentré de graphite pour approvisionner le marché en forte croissance des batteries lithium-ion», a déclaré le président et chef de la direction chez NMG, Eric Desaulniers.

Pour Maurice Richard, ce qui se passe à Saint-Michel-des-Saints est de bon augure. «Et ce serait complémentaire à Nemaska Lithium. C’est un bon dossier», a-t-il conclu.