Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

Professions admissibles au traitement simplifié dans le cadre du PTET: Jean Boulet annonce une bonification

TROIS-RIVIÈRES — Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé jeudi que grâce à la bonification importante de la Liste des professions admissibles au traitement simplifié dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET), le nombre de professions admissibles dans la région est passé de 31 à 226.

La version bonifiée contient dorénavant les professions évaluées en déficit de main-d’œuvre en Mauricie ou dans une autre région du Québec.

Cette nouvelle approche est approuvée par la Commission des partenaires du marché du travail, l’instance nationale de concertation qui réunit les leaders représentant les entreprises, la main-d’œuvre, les organismes communautaires actifs dans le domaine de l’employabilité ainsi que le milieu de l’enseignement. Pour le gouvernement du Québec, cette mise à jour de la liste permet de mieux répondre aux besoins des employeurs dans leurs démarches de recrutement à l’international.

En effet, la bonification de la liste permet aux employeurs de les exempter de certaines démarches administratives, dont l’obligation de présenter des preuves d’efforts de recrutement d’une durée d’au moins quatre semaines avant de se tourner vers le recrutement à l’international. De même, les professions qui figurent sur la liste bénéficient toutes des avantages réservés aux employeurs offrant des postes considérés à haut salaire.

Conséquemment, ceci permet aux employeurs d’offrir des emplois à des travailleurs étrangers pour une période de plus de 12 mois et de ne pas être limités quant au nombre de travailleurs pouvant être recrutés à l’international. Cette bonification s’inscrit ainsi dans la volonté du gouvernement de continuer à soutenir les employeurs québécois dans leur démarche de recherche de main-d’œuvre.

Parmi les 226 professions sur la liste, on trouve nouvellement, entre autres, celles d’enseignants de niveaux primaire et préscolaire, de professeurs et chargés de cours au niveau universitaire, de travailleurs sociaux, de personnel de soutien du cinéma, de la radiodiffusion, de la photographie et des arts de la scène et, aussi, de briqueteurs-maçons.

«C’est grâce à notre excellente connaissance de la réalité du marché de travail québécois et de celle des entreprises que nous avons pu mener ces travaux et faire des ajouts importants. La bonification du nombre de professions admissibles profitera aux employeurs de la Mauricie et permettra de mieux les soutenir pour faire face à la rareté de la main-d’œuvre», a commenté le ministre Boulet.