Le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard et le président et directeur général d’Aspasie, Maxim Gélinas, lors de l’annonce d’une aide financière de près de 700 000 $ provenant du Fonds de diversification économique.

Près de 700 000 $ pour Aspasie

Trois-Rivières — L’entreprise trifluvienne Aspasie reçoit une aide financière de 695 666 $ provenant du Fonds de diversification économique. Cette somme permettra la réalisation d’un projet d’investissement de près de 2,2 millions de dollars.

L’annonce a été faite mercredi avant-midi dans les locaux du manufacturier se spécialisant entre autres dans l’impression d’étiquettes surmoulées et de produits et d’outils de marketing visuel destinés à l’industrie de la beauté et à la consommation de masse. Le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard et le président et directeur général d’Aspasie, Maxim Gélinas, étaient notamment présents.

L’aide financière permettra d’acquérir des équipements spécialisés et un logiciel de gestion qui serviront à faire passer la production de l’entreprise à un autre niveau, selon M. Gélinas. Ce dernier voit d’ailleurs très grand pour l’entreprise fondée il y a 45 ans par ses parents et qui compte maintenant 185 employés. Il soutient vouloir devenir un joueur encore plus important à l’échelle internationale, notamment grâce à la commercialisation de produits qui permettent de mettre en valeur de grandes marques de l’industrie des produits de beauté et de celle des biens de consommation. De plus, le présent projet permettra la création de sept nouveaux emplois.

«C’est surtout relié à notre volet étiquettes. [Les nouveaux équipements], sont des hautes technologies, notamment en ce qui a trait l’impression et la finition. Ce sont des machines allemandes très dispendieuses. Ça nous permet d’augmenter notre capacité de production», explique M. Gélinas avant d’ajouter qu’il constate déjà les effets positifs de cet investissement, notamment sur le chiffre d’affaires et l’intérêt de clients potentiels pour les nouveaux produits offerts par le groupe qui est déjà présent dans une cinquantaine de pays.

Une croissance nécessaire

Après un passage à vide en raison de la conjoncture économique entre 2009 et 2014, l’entreprise dont le siège social est établi sur la rue Bellefeuille à Trois-Rivières et qui compte également une usine à Saint-Barnabé a maintenant le vent dans les voiles. M. Gélinas indique que son chiffre d’affaires a augmenté d’environ 60 % depuis la fin de la crise. Il souhaite que cette croissance se poursuive encore longtemps. Il en va de la pérennité de l’entreprise selon lui.

«Je ne sais pas si nous allons avoir les mêmes produits dans cinq ou dix ans. Il faut constamment se renouveler et être à l’affût, car nous voulons être encore là! Nous voulons demeurer un fournisseur agile
et innovateur.»

«Nous devons continuer à innover afin de répondre aux demandes de nos clients. Je ne sais pas si nous allons avoir les mêmes produits dans cinq ou dix ans. Il faut constamment se renouveler et être à l’affût, car nous voulons être encore là! Nous voulons demeurer un fournisseur agile et innovateur», poursuit-il.

Par ailleurs, ce n’est pas la première fois qu’Aspasie reçoit une aide financière dans le cadre du Fonds de développement économique de 200 millions de dollars créé pour aider la région à se relever de la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2. En 2015, l’entreprise avait en effet obtenu 134 800 $ qui ont servi à la réalisation d’un projet de commercialisation de produits de coiffure professionnelle évalué à 291 800 $.

Pour sa part, le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, tient à souligner la contribution d’Aspasie à l’effort de diversification économique de la région. Il ajoute que le fait que le siège social de l’entreprise se trouve dans un édifice faisant partie du passé industriel de Trois-Rivières démontre qu’une transformation est en train de s’opérer.

«C’est une entreprise qui est reconnue pour sa très grande expertise. C’est un chef de file dans son domaine, qui innove et qui veut toujours être en avant de la parade», indique le député Girard.