Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le ministre responsable de la région, Jean Boulet, s’est réjoui de cette annonce.
Le ministre responsable de la région, Jean Boulet, s’est réjoui de cette annonce.

Près de 5 millions $ pour le milieu municipal de la Mauricie

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Une aide financière de près de 5 M$ a été consentie aux villes et aux MRC de la Mauricie afin de supporter les coûts supplémentaires occasionnés par la pandémie de la COVID-19, tout en leur permettant de développer leurs infrastructures numériques et leurs outils technologiques.

Plus précisément, ce sont 4 929 422 $ qui sont répartis entre les villes et les MRC de la Mauricie, soit 783 496 $ pour Trois-Rivières, 860 552 $ pour Shawinigan, 841 296 $ pour La Tuque, 811 019 $ pour la MRC de Maskinongé, 769 734 $ pour la MRC des Chenaux et 863 315 $ pour la MRC de Mékinac.

Le soutien financier a été annoncé par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, ainsi que le ministre responsable de la Mauricie, Jean Boulet.

Le député de Trois-Rivières et ministre responsable de la Mauricie, Jean Boulet, s’est dit conscient des difficultés auxquelles font face les MRC et les villes depuis les derniers mois. «Je reconnais que ce soutien financier aura certainement des répercussions positives sur la vitalité économique de la région, en plus de contribuer à améliorer la performance des services technologiques mis à la disposition de la population», a-t-il soutenu par voie de communiqué.

La ministre Andrée Laforest a quant à elle souligné la résilience dont a fait preuve le milieu municipal depuis le début de la pandémie. «Je tiens à souligner les efforts déployés par tous les acteurs de ce milieu et surtout à les remercier pour leur dévouement constant. D’ailleurs, les MRC, comme les municipalités, ont su s’adapter à notre nouvelle réalité et offrir un service de qualité à leur collectivité, malgré l’accessibilité parfois difficile à des outils numériques», a-t-elle ajouté.