L'avenir des installations de Premier Aviation à Trois-Rivières, relevant maintenant de la compagnie AAR, se veut prometteur en raison de cette entente avec Air Canada.

Premier Aviation vendue

Grosse nouvelle dans le domaine de l'aéronautique. Non seulement deux des quatre centres de Premier Aviation, situés à Trois-Rivières et Windsor, viennent de passer aux mains d'une nouvelle entreprise mondiale, AAR, mais celle-ci annonce la signature d'une entente d'une valeur de 500 millions de dollars avec Air Canada qui aura des retombées en Mauricie.
En effet, en vertu de ce contrat, les travaux seront réalisés aux installations de maintenance, réparation et révision situées à l'aéroport trifluvien. Selon la porte-parole de l'acquéreur, Kathleen Cantillon, il faudra environ 350 mécaniciens d'aéronefs pour mener les travaux sur la flotte de 125 appareils à fuselage étroit d'Air Canada.
«Je ne peux pas être plus heureux que ça. C'est une très bonne nouvelle. C'est un dossier qu'on travaillait depuis au moins trois, quatre semaines. On était au courant qu'il y avait des projets de développement. C'est l'un des plus gros contrats dans toute l'histoire de Trois-Rivières. Ça va donner des jobs. C'est le premier dossier économique que j'ai travaillé avec Yves Marchand. C'était notre premier gros coup», a commenté le maire Yves Lévesque.
Celui-ci se rappelle comment il avait réussi à convaincre Premier Aviation de s'implanter à Trois-Rivières. «En regardant sur le fil de presse, on a eu l'information qu'une compagnie de Québec s'en allait à Montréal. On les a invités à venir nous voir parce qu'on avait quelque chose à leur offrir. On avait une opportunité de développer la filière aéronautique», se plaît-il à raconter.
«On a lancé la ligne à l'eau. On a fait notre pitch de vente. Ils sont venus à Trois-Rivières. Cela a commencé tout petit, avec une vingtaine d'employés au départ. On a investi de l'argent dans l'aéroport, car c'est une filière économique fort intéressante qui a de l'avenir», renchérit le premier magistrat.
Ce dernier a voulu rendre hommage à l'ancien propriétaire, Ronnie Di Bartolo, qui «ne voulait pas laisser son bébé à n'importe qui» après avoir été approché à plusieurs reprises pour vendre.
«J'ai une grande admiration pour cet homme. Il a réussi à bâtir une crédibilité à l'égard de Premier Aviation sur la main-d'oeuvre qui est reconnue comme l'une des meilleures en Amérique du Nord. Il laisse son bébé à une entreprise qui a vraiment une expertise qui rayonne, la plus grosse en Amérique du Nord au niveau de l'entretien d'avion et la troisième au niveau mondial. Il va rester sur le bureau de direction pour au moins deux ans», se réjouit le maire Lévesque. 
Il lui lève donc son chapeau pour «avoir cru en nous et être resté à Trois-Rivières». «Il y a deux bonnes nouvelles. On assure la continuité de l'entreprise avec une organisation reconnue mondialement par son expertise et on signe un contrat de dix ans avec Air Canada, un joueur important dans le domaine aéronautique. C'est majeur, du jamais vu. La filière aéronautique rentre dans les ligues majeures», soutient-il. 
«Nous sommes très satisfaits de la qualité et des délais d'exécution des travaux effectués par AAR sur nos appareils à fuselage étroit au cours des cinq dernières années, et nous nous réjouissons grandement que des travaux supplémentaires puissent être réalisés à Trois-Rivières», a déclaré pour sa part Richard Steer, premier vice-président - Exploitation d'Air Canada.
Selon lui, ce contrat renforce le développement du secteur de l'aviation au Québec en favorisant l'expertise de l'industrie et la création d'emplois au cours des années à venir, «et Air Canada est fière de contribuer fortement à l'économie de la région».
«Nous sommes honorés de la confiance que témoigne Air Canada à l'égard de l'expertise en révision et entretien lourd des cellules et nous nous réjouissons à l'avance de poursuivre notre relation à long terme», a commenté le chef des Affaires commerciales d'AAR, Chris Jessup.
Une entente de dix ans a donc été signée pour la maintenance des cellules des appareils fuselage étroit A319, A320 et A321 d'Airbus d'Air Canada. Et une nouvelle entente de cinq ans a été conclue pour les appareils E190 d'Embraer d'Air Canada.
Se rajoutant à celles du Canada, le réseau primé d'AAR compte des installations à Indianapolis (Indiana), à Miami (Floride), à Oklahoma City (Oklaoma), à Duluth (Minnesota) et à Rockford (Illinois). À ces emplacements, AAR offre des services de maintenance, de réparation et de révision de premier ordre aux exploitants d'aéronefs régionaux, d'aéronefs à fuselage étroit et de gros porteurs. AAR est le plus important fournisseur de services de MRR des Amériques et le troisième à l'échelle mondiale.
AAR est une entreprise mondiale de solutions sur le marché secondaire comptant plus de 5000 employés dans au moins 20 pays. Établie à Wood Dale (Illinois), AAR offre des services aéronautiques à des clients commerciaux et gouvernementaux dans plus de 100 pays, par l'intermédiaire de deux secteurs d'exploitation: les services aéronautiques et les services d'expédition.
Les services aéronautiques offerts par AAR comprennent la gestion des stocks, l'approvisionnement en pièces, la distribution de pièces de fabricants d'équipement d'origine, la maintenance, la réparation et la révision d'aéronefs et la réparation de composantes.
Parmi les services d'expédition qu'offre AAR, notons les opérations de transport aérien, les systèmes de mobilité et les centres de commandement et de contrôle en vue d'appuyer les opérations militaires et les missions humanitaires.