Le président-fondateur de la Clinique de santé M, Nicolas Marchand, était le conférencier à la CCI3R.

Pour des entreprises en santé

Trois-Rivières — Si le thème de sa conférence à la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières était de démystifier la santé des travailleurs, le président de la Clinique de santé M, Nicolas Marchand, s’est montré plutôt convaincant pour inciter les entreprises à instaurer des services de santé.

En ce sens, la création de la plus grande clinique médicale privée en Mauricie et au Centre-du-Québec en mai 2017 arrivait à point pour combler un vide régional en médecine de travail. Et la clientèle peut profiter du partenariat avec un réseau de 12 cliniques médicales privées au Québec.

L’instigateur a complété un baccalauréat en sciences infirmières de l’UQTR avant de pratiquer en soins critiques et dans les Forces armées canadiennes durant quelques années. Par la suite, il a poursuivi sa formation en complétant un diplôme d’études supérieures spécialisées et une maîtrise en sciences infirmières qui lui ont donné le titre d’infirmier praticien spécialisé en soins de première ligne. Il possède également un Microprogramme de 2e cycle en santé internationale de l’Université de Sherbrooke et un cursus à l’Université de Cambridge en Angleterre.

C’est son souci d’améliorer l’accès aux soins de santé à la population qui lui a donné l’idée de créer une clinique de santé universelle en combinant plusieurs disciplines de la santé au même endroit. Parallèlement, il poursuit sa formation aux études doctorales en médecine de l’Université de Montréal au Campus de la Mauricie. Si la Clinique de santé M offre des services infirmiers et médicaux, de chirurgies mineures, médico-esthétiques et multi-disciplinaires en santé, il y a aussi tout le volet corporatif (examens pré embauche, télémédecine, médecins en entreprise, etc.).

Et dans une région où, dit-il, il y a beaucoup de «jobs manuels», les problèmes musculo-squelettiques affectent particulièrement les travailleurs. Mais leur santé mentale est également attaquée par le stress au travail.

Par ailleurs, même si 89,3 % des gens de la région sont inscrits à un médecin de famille, une consultation sur trois se fait pourtant à l’urgence. Ce qui l’amène à constater des problèmes d’accessibilité et de gestion de la logistique des rendez-vous.

Quant aux défis du secteur de la santé, il y a évidemment celui du vieillissement de la population qui donne des patients multipathologiques. C’est sans compter le phénomène des surdiagnostiques, de la surmédicalisation, la surinvestigation, la surconsultation, la surintervention, la hausse des cas de santé mentale, la lourdeur bureaucratique ainsi que le peu d’intérêt ou le manque de temps envers la santé des travailleurs.

Pendant ce temps, les entreprises sont confrontées également à des enjeux, dont celui de la rareté de main-d’œuvre. Or, le temps d’absentéisme moyen pour un rendez-vous médical à l’extérieur est de 3,5 heures. D’ailleurs, l’absentéisme coûte aux entreprises 16 milliards de dollars par année au Canada. D’où l’offre de service de la Clinique de santé M envers les entreprises pour que leur personnel ait accès à des soins rapides et de qualité.

Et selon son fondateur, l’instauration de services de santé au sein de l’entreprise permet de diminuer des coûts directs et indirects, de se démarquer de la concurrence, de diversifier les avantages sociaux, de réduire le taux d’absentéisme, d’augmenter la rétention du personnel et de sensibiliser sur les saines habitudes de vie. «C’est nécessaire en 2019», a-t-il conclu.