La ministre Julie Boulet a procédé au dévoilement des priorités de la région de la Mauricie.

Place aux projets en Mauricie

La ministre du Tourisme, Julie Boulet, a dévoilé, lundi après-midi en conférence de presse, les priorités du Fonds d'appui au rayonnement des régions (FARR), un nouveau programme mis sur pied par le gouvernement québécois.
Rappelons que la Mauricie bénéficiera au cours des cinq prochaines années, dans le cadre de ce programme, d'un fonds de 21 millions de dollars, dont 2 055 637 $ seront disponibles dès 2017-2018, pour favoriser le rayonnement régional. Ces sommes seront disponibles jusqu'au mois de mars et ne peuvent pas être provisionnées pour les années ultérieures.
«C'est la première fois dans l'histoire des gouvernements du Québec que nous décentralisons autant d'argent. Les sommes proviennent de subventions. Ce sont les régions qui décideront comment cet argent doit être investi et utilisé pour répondre aux objectifs de développement», explique la ministre. 
«Nous avons deux millions de dollars, il va falloir lever des projets, lever des initiatives. L'objectif c'est de s'assurer de ne pas laisser des sous qui ne sont pas investis», mentionne Mme Boulet.
Le FARR est mis à la disposition des régions afin de permettre à celles-ci d'investir dans des projets mobilisateurs qui auront un impact sur le rayonnement régional. Les sommes investies serviront uniquement au financement de projets de développement. Ce programme vise donc à redonner l'autonomie et le pouvoir décisionnel aux organismes, aux maires et aux gens qui sont élus dans les municipalités. 
Cette enveloppe financière augmentera progressivement d'année en année pour atteindre 6 852 124 $ en 2021-2022.
Trois enjeux
Les 14 priorités de la Mauricie ont été définies selon des enjeux de vitalité sociale, de vitalité économique et de vitalité du capital humain. Les projets seront choisis et priorisés par un comité de sélection en fonction de plusieurs critères. 
Ils devront, entre autres, accroître la population de la Mauricie, réduire les inégalités sociales, assurer la relève et le transfert d'entreprises, consolider et soutenir la croissance des entreprises existantes, améliorer la main d'oeuvre ainsi que favoriser l'établissement de pratiques innovantes en matière de gestion des ressources humaines.
«Les priorités ont été regardées de façon très exhaustive et minutieuse. Il est important d'assurer un développement harmonieux, mais ambitieux de notre Mauricie. C'est un développement régional où nous misons sur l'attractivité, les emplois, la rétention des jeunes, l'innovation, l'occupation des territoires, l'entrepreneuriat et sans oublier l'égalité sociale», ajoute la ministre Boulet
Les gens intéressés bénéficieront de trois périodes afin de déposer les projets pour l'année en cours. Les demandes devront donc être soumises avant le 29 septembre 2017, le 1er décembre 2017 ou le 1er février 2018.
Comité de sélection
Le comité régional de sélection de la Mauricie est composé de sept membres ayant un droit de vote. Il s'agit de Gérard Bruneau, préfet de la MRC des Chenaux, Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé, Bernard Thompson, préfet de la MRC de Mékinac, Normand Beaudoin, président de l'agglomération de La Tuque, Michel Angers, maire de la Ville de Shawinigan, Yves Lévesque, maire de la Ville de Trois-Rivières ainsi que Constant Awashish, Grand Chef de la Nation Atikmekw.