C’est via sa page Facebook que le musée Boréalis a annoncé à ses clients la fermeture de son service de restauration les midis, et ce, pour le reste de la saison.

Pénurie de main-d'œuvre: le restaurant de Boréalis doit réduire ses heures à son tour

TROIS-RIVIÈRES — Décidément, la pénurie de personnel qualifié en restauration n’a pas fini de faire des ravages à Trois-Rivières. Après avoir vu Le Buck — Pub gastronomique ainsi que Le Mondo resto-bar réduire leur plage horaire, la section restaurant du musée Boréalis a choisi de faire de même, en cessant ses services tous les midis d’ici la fin de la saison.

C’est dans le but d’offrir du repos à une équipe dévouée qui risque un épuisement que la direction de l’établissement a pris cette décision. «Dès le début de l’été, on a eu de la difficulté à embaucher de la main-d’oeuvre en cuisine et sur le plancher. J’ai même des gens qui n’ont pas pris de congé depuis juin. Certes, ce sont des passionnés qui ont énormément de volonté, mais je n’ai d’autre choix que de leur donner des congés afin d’éviter qu’ils ne s’épuisent», explique la directrice du patrimoine à Culture Trois-Rivières, Valérie Bourgeois. Avec cette mesure, le musée Boréalis espère donc se concentrer davantage sur les soupers organisés en marge des spectacles du Cirque du Soleil et des mardis jazz, qui sont les principaux services offerts sur la terrasse du restaurant.

Pour la directrice du patrimoine, il s’agit d’une situation qu’elle aurait préféré éviter. «Je ne veux pas parler d’une bonne ni d’une mauvaise nouvelle. Tout ce que je peux dire, c’est que c’est une nouvelle cruelle, puisqu’elle ne survient pas en raison d’un manque d’achalandage sur la terrasse, mais plutôt pour prendre soin de nos employés et leur offrir les congés qu’ils méritent. C’est triste, parce que toutes nos opérations sont maintenues au musée, mais on est incapables de maintenir celles en cuisine, car cette main-d’oeuvre-là manque en région», mentionne-t-elle avant de souligner la grande popularité du musée cette saison.

À l’image des autres restaurants ayant dû adapter leur horaire en fonction de la main-d’oeuvre disponible, ce n’est pas sans avoir déployé les efforts requis pour trouver le personnel manquant que cette mesure a été adoptée. «Boréalis, c’est comme mon troisième enfant. Je n’aurais donc pas pris une telle décision sans avoir tout fait pour régler le problème. En espérant que les gens comprendront ce cri du coeur que nous lançons.»

Par ailleurs, les autres sphères d’activités de Boréalis ne sont pas en péril selon la direction. «Je ne crois pas que fermer le restaurant les midis perturbera les activités de notre musée. Il est certain que notre clientèle la plus fidèle devra s’adapter, mais les gens qui viennent nous visiter le midi auront pour leur part l’occasion de fréquenter l’un des nombreux restaurants situés à proximité», a fait savoir Mme Bourgeois.

Elle spécifie également que la situation pourrait être chose du passé dès l’an prochain alors que de nouvelles stratégies devraient être déployées par l’administration pour rapatrier de la main-d’oeuvre. Plusieurs réunions ont même déjà été tenues pour déterminer une meilleure façon d’aborder la question du personnel en vue du prochain été.

En plus des repas du midi qui pourraient bien être de retour, plusieurs idées sont en voie d’être développées pour l’année à venir au musée Boréalis. «Je ne peux révéler aucun détail jusqu’à présent, mais nous avons quelques projets de développement dans les cartons qui offriraient une autre expérience touristique d’interprétation attachée à l’univers des pâtes et papiers», conclut Valérie Bourgeois.