Jan Haemers (président et chef de la direction de Haemers technologies), Pierre-Luc Desgagné (délégué du Québec à Bruxelles) et Nancy Déziel (directrice générale du CNETE), lors de la signature du partenariat.

Partenariat prometteur entre le CNETE et une entreprise belge

Shawinigan — Le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales annonce la conclusion d’une entente de partenariat qui pourrait contribuer à réhabiliter des terrains contaminés de Shawinigan à moindres coûts. La firme belge Haemers technologies pourra ainsi mettre à profit son expertise pour un projet pilote sur un site qui n’est pas encore identifié.

En tournée européenne, la directrice générale du CNETE, Nancy Déziel, a annoncé cette signature par voie de communiqué, vendredi. Haemers technologies se spécialise dans la dépollution thermique des sols. L’un de ses procédés consiste à effectuer une désorption thermique, sur le site même où se trouve la contamination. Ainsi, les sols n’ont pas à être transportés et enfouis dans un site reconnu, éliminant ainsi des coûts importants, notamment en frais d’enfouissement et en transport.

«Il faut déterminer le bon terrain», explique Mme Déziel en entrevue. «Cette technologie enlève des polluants volatiles ou qui s’évaporent à basse température. Par exemple, le mercure peut être traité avec ce système. Par la suite, on ferait une vitrine technologie avec une portion de ce terrain. L’idée est de vérifier si ça fonctionne en condition très froide.»

Mme Déziel ajoute que certaines entreprises ont déjà démontré un intérêt à réaliser cette vitrine technologique en partenariat. Des aides financières gouvernementales seront aussi sollicitées.

La directrice générale souligne qu’en Belgique, 25 % des sols sont décontaminés avec cette technologie. «En agissant sur place, on peut réutiliser le sol tel quel», fait-elle remarquer. «Pas besoin de retirer de la terre et d’en remettre. Ça conserve la capacité portante du sol.»

On le sait, le passé industriel de Shawinigan lui a laissé un très lourd héritage. La Ville possède un plan de gestion global des terrains contaminés, mais dans les conditions actuelles, elle ne verra jamais la lumière au bout du tunnel sans aide gouvernementale. Rappelons que lors du dépôt du dernier budget provincial, Shawinigan n’apparaissait même pas dans la liste des villes qui allaient profiter d’une enveloppe spéciale de 70 millions $ pour la décontamination des terrains et la construction d’infrastructures publiques. La Ville estime à 200 millions $ la somme nécessaire pour réhabiliter les terrains hypothéqués par leur passé industriel.

Mme Déziel mentionne que ce nouveau partenariat diversifiera les connaissances de l’équipe de recherche du CNETE sur la décontamination des sols.

Cet enthousiasme est partagé par Jan Haemers, président et chef de la direction de Haemers technologies.

«Ce partenariat est l’occasion de développer (nos) marchés en Amérique du Nord, mais aussi de travailler avec un laboratoire crédible qui pourra garantir les résultats obtenus par le pilote», transmet-il par voie de communiqué.

Mme Déziel avait établi un premier contact vers ce partenariat en novembre 2018, lors de la présentation du Salon Pollutec de Lyon.