Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le directeur général d’IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly.
Le directeur général d’IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly.

Parcs industriels: IDE propose de devancer les travaux

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Devant le manque d’espace qui se fait criant dans les parcs industriels trifluviens, Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières propose à la Ville de devancer les travaux d’aménagements prévus en 2024.

«Nous vous demandons de devancer ce qui était prévu pour déployer les services nécessaires pour avoir de la disponibilité dans les deux ou trois prochaines années afin d’accueillir les entreprises qui sont dans les secteurs verts et technologiques», a mentionné aux élus réunis en séance de travail plus tôt cette semaine, le directeur général d’IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly.

«En 2024, des travaux de 8 millions sont notamment prévus pour prolonger les services dans le parc industriel Carrefour 40-55.»

Cette suggestion survient alors qu’IDE Trois-Rivières, le bras économique de la Ville, est de plus en plus confronté à un manque d’espace pour accueillir de nouvelles entreprises. «Le parc des Hautes-Forges est considéré complet. Ailleurs, on est en rupture de stock dès l’an prochain», a soutenu Mario De Tilly.

Alors que les élus et la Ville de Trois-Rivières entreprennent la préparation du budget ainsi que du Plan triennal d’immobilisations (PTI), cette proposition d’IDE Trois-Rivières tombe au bon moment, estime le maire, Jean Lamarche.

«C’est le bon moment de nous demander ça. Ça fait partie de nos discussions budgétaires, entre autres pour le PTI», a affirmé le maire Jean Lamarche.

«À notre demande, il est venu faire un état de la situation de l’occupation de nos parcs industriels qui sont pratiquement à pleine capacité.»

Cette rareté des terrains dans les parcs industriels donne toutefois la capacité de sélectionner les entreprises qui souhaitent s’établir à Trois-Rivières, note le maire.

«D’être à pleine capacité, ça nous donne quelque part le luxe de pouvoir choisir les gens qu’on veut chez nous», a ajouté Jean Lamarche.