On reconnaît sur la photo les quatre dentistes de la clinique Mon dentiste Trois-Rivières, soit les docteurs Martin Lemay, Marie-Claude Dubé, Renée Auclair et Justine Lacombe.

Ouverture de la plus grande clinique dentaire de la région

Trois-Rivières — Le vaste bâtiment qui a accueilli pendant plusieurs années la librairie Clément Morin renaît. Inoccupé depuis la fermeture de la librairie du boulevard des Forges en 2014, ce bâtiment abrite désormais Mon dentiste Trois-Rivières, la plus grosse clinique de dentisterie de la région, mais aussi une succursale de la Banque Nationale.

Autrefois connue sous le nom de Centre dentaire Lemay Auclair Dubé, l’entreprise devient Mon dentiste Trois-Rivières et accueille une nouvelle dentiste, la Dre Justine Lacombe nouvellement diplômée de l’Université Laval.

«Au moment de démarrer le projet, nous avions vraiment besoin d’expansion, car notre clientèle était en augmentation. Nous avions besoin de salles opératoires et dans le local où nous étions auparavant, nos possibilités d’expansion avaient été exploitées au maximum. Nous avions déjà agrandi par l’intérieur à deux reprises», souligne le Dr Martin Lemay, dentiste et copropriétaire de l’entreprise.

Bien situé sur le boulevard des Forges, l’édifice de l’ancienne librairie Clément Morin répondait aux besoins de la nouvelle clinique. Et le propriétaire de l’endroit possède aussi les locaux précédemment occupés par les dentistes et leur équipe situés dans l’édifice voisin. Ceci a permis de faciliter les négociations du nouveau bail. Pendant ce temps, la succursale de la Banque Nationale, qui doit ouvrir prochainement ses nouveaux locaux, avait aussi manifesté son intention de déménager dans les locaux de l’ancienne librairie. La banque prend le rez-de-chaussée, alors que la clinique dentaire occupe l’étage du bâtiment qui a subi des transformations ces derniers mois.

«La pharmacie, qui était notre voisin, souhaite de son côté agrandir ses locaux. C’est donc une situation qui faisait l’affaire de tout le monde», précise le Dr Martin Lemay.

L’aménagement de la nouvelle clinique Mon dentiste Trois-Rivières a nécessité des investissements privés d’environ 1,7 million $. Ces investissements permettent de consolider les 29 emplois qui sont associés à ce centre dentaire. Des embauches sont toutefois à prévoir.

«Nous avons une équipe extraordinaire», note le Dr Martin Lemay. «Nous avons un environnement plus vaste qui est vraiment plus agréable pour tout le monde, autant pour nous, le personnel, que pour les patients.»

Équipée à la fine pointe de la technologie, cette clinique offre des services de dentisterie générale, mais aussi de dentisterie cosmétique, et un centre de service en orthodontie. L’équipe sur place peut donner des traitements d’orthodontie interceptive qui s’adresse aux enfants de 7 à 12 ans, d’orthodontie majeure assistée par ordinateur ou encore d’orthodontie invisible Invisalign.

«Nous avons les plus récentes technologies en stérilisation et en radiologie. On a fait en sorte que nos équipements respectent les plus hauts standards de sécurité et de qualité pour notre clientèle», mentionne le Dr Lemay. «Nous avons aussi investi dans la technologie numérique. Nous sommes une clinique sans papier, tellement l’informatique prend une grande place.»

Plaidoyer pour la santé buccale

L’ouverture officielle de la clinique s’est déroulée en présence de Robert Aubin, le député fédéral sortant de Trois-Rivières et candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD) lors des prochaines élections. Il était le seul politicien présent pour l’occasion. Alors que la campagne électorale fédérale vient de s’amorcer, le Dr Martin Lemay a souhaité aborder lors de son discours l’importance de la santé buccodentaire. Il a dénoncé sa banalisation dans notre réseau de la santé publique. Après tout, les soins dentaires généraux ne sont pas couverts par l’assurance maladie.

«Des études démontrent que les gens qui conservent une bonne capacité de mastication vivent sept ans de plus que les autres. Le manger mou, ce n’est pas bon pour la santé», a-t-il lancé. «Il y a des complications pulmonaires chez des patients en raison d’une mauvaise santé buccale. Et des études montrent qu’il y aurait aussi un lien avec la maladie d’Alzheimer.»

Selon ce dentiste, les politiciens ne s’intéressent pas suffisamment à cette réalité qui touche beaucoup de personnes. Après tout, l’accès aux soins dentaires est déterminé par la capacité de payer des citoyens. «On entend souvent parler de hijab. Mais c’est un enjeu qui nous touche beaucoup moins que la santé buccodentaire», affirme le Dr Martin Lemay. «Les gens vont vieillir avec des dents. L’ère du dentier est finie.»