Justin Trudeau qui a visité lundi l'ancienne demeure du Mahatma Gandhi et un temple bouddhiste, est le premier chef de gouvernement canadien à se rendre dans l'État du Gujarat.

Ottawa serait tenté par le modèle québécois de congés parentaux

OTTAWA — Justin Trudeau a évoqué lundi l’idée de créer un congé de paternité national inspiré de celui qui est déjà offert au Québec.

À quelques jours du dévoilement du plan fédéral pour de futures réformes des congés parentaux, le premier ministre a lancé lundi, lors d’un forum en Inde, que ces congés permettraient de réduire la perception selon laquelle c’est la femme qui doit prendre soin du nouveau-né - une perception qui peut constituer une barrière à l’emploi, a-t-il dit.

Le Québec, seule province à offrir un tel congé de paternité, verse aux nouveaux papas des prestations pouvant atteindre 70 % de leurs revenus, pendant un maximum de cinq semaines. Dans le cadre de la réforme des congés parentaux à l’échelle fédérale, des experts suggèrent notamment aux libéraux de copier ce programme très populaire au Québec.

Selon une analyse de l’Institut Vanier de la famille, 80 % des nouveaux pères québécois se sont prévalus du programme - ou avaient l’intention de le faire - en 2016, trois fois plus qu’en 2005.

Dans le cadre de la réforme, certains ont aussi proposé à Ottawa d’augmenter les prestations versées aux parents qui optent pour un congé parental de 18 mois, et de créer un nouveau scénario: un congé parental de six mois seulement, mais mieux payé, pour les familles à faible revenu qui ne pourraient se permettre de vivre avec un demi-salaire pendant toute une année. Certains autres proposent aussi d’offrir ce congé parental à un proche qui n’est pas considéré comme le «pourvoyeur principal de soins» - un grand-parent, par exemple.

Le gouvernement libéral déposera le troisième budget de son mandat le 27 février.

Des données empiriques suggèrent que les femmes qui sont en âge de procréer ou qui sont enceintes peuvent parfois être désavantagées à l’embauche ou lors de promotions, même si de telles discriminations sont interdites en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne.

Une première réforme des congés parentaux annoncée par le gouvernement libéral l’an dernier a reçu un accueil mitigé. 

En vertu de ces changements, les nouveaux parents peuvent, depuis décembre, décider d’étaler sur 18 mois un an de prestations d’assurance emploi, mais les experts de différents horizons croient que cette formule ne profitera qu’aux familles à revenu élevé.

M. Trudeau a indiqué lundi à son auditoire indien que dans le cadre d’une nouvelle réforme des congés parentaux, son gouvernement envisageait d’offrir un congé spécifiquement à l’»autre parent», celui qui ne porte pas l’enfant, et non un congé parental que les deux parents pourraient se partager. Ce congé serait donc «à prendre ou à laisser» - s’il n’était pas utilisé, il ne pourrait pas être refilé à l’autre parent.

Le premier ministre a aussi laissé entendre que ce congé parental pourrait être offert au partenaire de même sexe, bisexuel ou transgenre.