L’entreprise AAR Aircraft Services Trois-Rivières est déjà impliquée dans l’embauche de main-d’oeuvre immigrante.

Opération séduction pour les personnes immigrantes

TROIS-RIVIÈRES — La Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières n’aurait pu choisir meilleur endroit que AAR Aircraft Services Trois-Rivières pour faire décoller le programme Un emploi en sol québécois alors que l’entreprise aura besoin de main-d’oeuvre avec ses projets de développement. Et déjà, parmi les 425 employés, on en retrouve neuf venant de l’étranger alors que cinq personnes immigrantes sont en processus d’obtention d’un visa et 16 autres sont en attente d’acceptation pour joindre l’équipe.

C’est que la CCI3R est l’organisme hôte de ce programme initié par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et financé à la hauteur de trois millions de dollars par le gouvernement du Québec dans le cadre de la mesure Recherche et innovation du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale pour trois ans.

Le but? Favoriser l’intégration en emploi des personnes immigrantes dans les régions du Québec. Le déploiement des activités prévues au projet se fait en concertation avec les organismes communautaires spécialisés dans l’accompagnement des personnes immigrantes. C’est donc le vendredi 15 mai prochain, au Complexe Laviolette à Trois-Rivières, que se déroulera cette grande journée de concertation.

Généralement, ce genre d’activité amène de 30 à 40 personnes immigrantes ayant été admises au Québec il y a moins de cinq ans et qui cherchent un emploi dans leur domaine d’expertise à découvrir non seulement des entreprises où leurs compétences sont recherchées, mais aussi une communauté d’accueil potentielle. D’ailleurs, lors de cette journée, une délégation immigrante arrivera de Montréal pour échanger avec des employeurs et une visite guidée de la Ville est également prévue.

Dans l’ordre habituel, on retrouve Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ, Johanne Hinse, présidente de la CCI3R, Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Andréanne Guilbert, directrice générale de la CCI3R et Guy Gagnon, directeur des ressources humaines chez AAR Aircraft Services Trois-Rivières.

Selon la directrice générale de la CCI3R, Andréanne Guilbert, le programme est né du constat suivant : 80 % des personnes immigrantes au Québec résident dans la région de Montréal et 55 % des emplois disponibles au Québec se retrouvent à l’extérieur de la Métropole.

«Pour faire face aux défis que pose le phénomène de la rareté de main-d’œuvre, nous devons déployer plusieurs stratégies pour que l’intégration des personnes immigrantes soit positive et durable. Le gouvernement souhaite l’inclusion du plus grand nombre possible de travailleurs afin que tous aient l’occasion de démontrer leurs talents», a expliqué vendredi le ministre du Travail

«En septembre dernier, j’ai d’ailleurs présenté mon Plan d’action pour la main-d’œuvre, lequel offre plusieurs mesures pour les entreprises ainsi que les travailleurs. Je salue l’initiative de la Fédération des chambres de commerce du Québec pour l’approche novatrice au bénéfice des personnes immigrantes et des employeurs de la Mauricie. C’est loin d’être un salon de l’emploi traditionnel», a renchéri le ministre régional. 

«Considérant que la rareté de main-d’œuvre est un enjeu prioritaire pour nos entreprises et que les personnes immigrantes connaissent peu les occasions qu’offre la Mauricie, je me réjouis que la Chambre trifluvienne agisse concrètement pour les appuyer. Le programme que l’on annonce s’inscrit parfaitement dans les axes prioritaires de notre organisation et permettra à des dizaines d’entreprises de la région de faire connaissance avec des candidats très intéressants et préqualifiés», a indiqué la présidente de la CCI3R, Johanne Hinse.

«En mettant les employeurs en lien avec les nouveaux arrivants qui se cherchent activement un emploi, on favorise ainsi un maillage qui permettra à ces derniers d’obtenir un emploi rapidement, de s’installer aussitôt dans leur région d’accueil et de commencer rapidement leur processus d’intégration. Une formule gagnante pour tous. Nous invitons les entreprises à s’inscrire rapidement sur le site Web du programme», a ajouté Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.  

Le recrutement de la cinquantaine d’entreprises, de tous les secteurs d’activités, se fera de diverses façons, notamment par le biais des activités de la Chambre trifluvienne, mais également en impliquant les organismes du milieu et les centres locaux d’emploi à partager les avantages de s’inscrire à cette activité. Les chambres de commerce du Haut-Saint-Maurice, de Shawinigan, de la MRC de Maskinongé, de Mékinac ainsi que la Jeune Chambre de la Mauricie seront mises à contribution dans la promotion de la journée, afin de permettre à un plus grand nombre d’employeurs d’afficher leurs postes.

Aussi, une panoplie d’organismes touchés par l’immigration et l’employabilité seront interpellés, tout comme les institutions d’enseignement. Ces derniers auront l’occasion, à coût moindre, de tenir un kiosque pendant l’événement.

Les employeurs pourront s’inscrire de façon tout à fait gratuite et ajouter les descriptions de poste, en identifiant les caractéristiques des candidats recherchés. Par la suite, la FCCQ s’assurera de l’arrimage par le biais d’une plate-forme de maillage intelligent. Les entreprises intéressées peuvent s’inscrire au www.emploisolquebecois.ca.

«Par une utilisation judicieuse de l’intelligence artificielle, le service du programme Un emploi en sol québécois fait le maillage entre les candidats et les postes à pourvoir au sein des entreprises de la région. Ainsi, lorsqu’ils arriveront ici en mai, les candidats auront déjà un, deux, trois rendez-vous avec divers employeurs. Dans près de la moitié des cas, le maillage est suffisamment précis pour que les recruteurs décident de pousser plus loin le processus par une entrevue plus formelle», a précisé en conclusion M. Milliard.