Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, et le vice-président, Durabilité globale et biomatériaux, Kruger Biomatériaux inc.

«On marque l’histoire»: première usine commerciale de filaments de cellulose au monde chez Kruger

TROIS-RIVIÈRES — «On marque l’histoire aujourd’hui. On a le droit d’être fier. On va transformer le monde à partir de Trois-Rivières.» Voilà ce qu’a déclaré mardi le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, en annonçant une contribution fédérale de deux millions de dollars qui va permettre à la société Kruger Biomatériaux inc. d’exploiter la première usine d’envergure commerciale à fabriquer des filaments de cellulose sur la planète.

Les filaments de cellulose proviennent de fibres de bois naturelles et renouvelables et sont un biomatériau révolutionnaire qui permettent d’augmenter la solidité, la durabilité et les propriétés générales de nombreux produits de consommation et de produits industriels, tels que les papiers spéciaux, le plastique et le béton. Ils peuvent remplacer des substances chimiques par des applications dans de nombreux domaines comme les secteurs de l’automobile, de la construction et de l’aéronautique.

Évalué à quatre millions de dollars, le projet vise à rénover l’usine existante de Trois-Rivières et ainsi permettre le déroulement des activités de Kruger Biomatériaux inc. 24 heures sur 24, sept jours par semaine, et ce, en vue de concevoir des solutions intelligentes et écologiques qui respectent les demandes des marchés de l’avenir tout en assurant la concurrence du secteur forestier canadien et québécois.

Les fonds pour ce projet sont octroyés dans le cadre du programme Investissements dans la transformation de l’industrie forestière (ITIF) afin que Kruger puisse déployer des technologies uniques et les aider à les commercialiser. Dans le budget de 2019, le gouvernement du Canada s’est engagé à verser un montant supplémentaire de 82,9 millions de dollars sur trois ans, à partir de 2020-2021, dans le cadre du programme ITIF. Cet investissement continuera d’appuyer la commercialisation et l’adoption industrielles de technologies et de procédés novateurs dans le secteur forestier canadien.

«Le secteur forestier du Canada demeure essentiel pour notre économie et fournit de bons emplois bien rémunérés pour la classe moyenne, et ce, d’un océan à l’autre. Nous sommes fiers de travailler avec Kruger Biomatériaux inc. à la conception de technologies innovatrices pour le secteur forestier canadien ouvrant ainsi la voie aux produits québécois et canadiens», a commenté le ministre Champagne.

«En investissant dans des technologies du secteur forestier, nous sommes en mesure de proposer des solutions plus écologiques qui contribueront à la lutte contre les changements climatiques et à la transition vers une économie sobre en carbone», renchérit-il.

Le vice-président, Développement durable et biomatériaux chez Kruger Biomatériaux inc., Maxime Cossette, a remercié le gouvernement du Canada pour son appui.

«Cet investissement crée la possibilité d’accroître le potentiel des filaments de cellulose en accélérant sa commercialisation et en produisant des biomatériaux de haut rendement accessibles aux marchés en pleine évolution. Nous sommes fiers de contribuer à la diversification de l’industrie forestière canadienne et de promouvoir les technologies propres de demain», a-t-il fait savoir.

Celui-ci a rappelé que le projet était en phase de démonstration depuis quelques années. «On est en voie de passer à la vitesse supérieure», promet M. Cossette, qui parle d’une dizaine d’emplois, avec une production annuelle de 6000 tonnes métriques de FiloCell.

Pour le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, «cela fait perdurer l’histoire d’amour entre Trois-Rivières et l’industrie papetière».