Jean-Simon Maheux est le vice-président du service aux membres et clients pour le Centre du Québec depuis juillet 2018. Détenteur d’études en finances, M. Maheux a commencé sa carrière chez Desjardins en 1989 à titre de commis aux prêts en Beauce, sa région natale.

«On est là pour aider nos communautés»

TROIS-RIVIÈRES — Fermeture de centres de service, retrait de guichets automatiques, fusions, le Mouvement Desjardins vit d’immenses changements de structure depuis quelques années. Mais cette transformation, aussi importante soit-elle, est nécessaire, car elle se moule aux changements de consommation des produits financiers, analyse Jean-Simon Maheux.

Ce Beauceron d’origine est depuis juillet dernier le vice-président du service aux membres et clients pour le Centre du Québec, incluant la Mauricie. M. Maheux travaille pour Desjardins depuis 1989 et est à même de constater la transformation de cette coopérative au fil du temps.

Dans la région, 2019 a commencé par des annonces du retrait des guichets automatiques de Saint-Justin, de Saint-Édouard-de-Maskinongé et de Saint-Barnabé. Sainte-Sophie-de-Lévrard perdra son centre de services le 15 mars, tout comme Leclercville. Ce genre de décision suscite rarement des cris de joie de la part des intervenants locaux et Jean-Simon Maheux assure qu’il entend les réactions négatives.

«Je comprends la situation. Ce sont des décisions locales avec le conseil d’administration. Un changement provoque toujours une réaction. C’est toujours sensible comme sujet. Je suis un consommateur et un membre de Desjardins. Ça nous fait quelque chose. Mais c’est l’évolution de la vie, les changements de consommation. Il faut s’adapter», déclare M. Maheux.

Les clients de Desjardins sont de plus en plus nombreux à effectuer leurs transactions loin des guichets automatiques et des comptoirs des centres de services. L’institution financière se base principalement sur cet aspect pour justifier la diminution du nombre de points de services et de guichets. Mais cette orientation ne doit pas être considérée comme étant un éloignement de la mission de Desjardins. Selon M. Maheux, l’institution financière joue encore et toujours son rôle au sein de la communauté.

«Regardez les stades de baseball, les arénas au nom de Desjardins, les festivals au nom de Desjardins. Notre mission est de contribuer au mieux-être de nos milieux. On est là pour aider nos communautés», indique M. Maheux, en soulignant que, contrairement à ce que disent et pensent certains observateurs de la métamorphose de l’institution financière, Alphonse Desjardins «doit être heureux de voir où sa coopérative est rendue».

Questionné à savoir quels sont les changements à venir à moyen terme, Jean-Simon Maheux rappelle que ce genre de décision relève de chaque caisse locale.

«Chaque année, le conseil d’administration regarde les statistiques, s’adapte selon les habitudes des clients. Nos caisses vont avancer avec leurs communautés», affirme M. Maheux, qui souligne que la réflexion entourant les guichets automatiques devrait entraîner des changements moins agressifs d’ici les prochaines années.

Immense territoire

En plus d’être responsable de la Mauricie, M. Maheux s’occupe du Centre-du-Québec, de l’Estrie, d’une partie de Richelieu-Yamaska et d’une partie de Lanaudière. Signe que les habitudes de consommation changent, la structure organisationnelle de Desjardins suit la même tendance: auparavant, la Mauricie avait son propre vice-président.

«Nos membres évoluent, les habitudes de nos membres évoluent. Il était de mise qu’on évolue en lien avec l’accompagnement. C’est un immense territoire: ça regroupe 43 caisses, les centres de services, le service Signature, Desjardins Entreprise. Mais Desjardins a d’excellents résultats en 2018. On est là pour soutenir nos caisses, je travaille quotidiennement avec les directeurs généraux, je suis sur le terrain. Ça demande du déplacement. Mais avec une très bonne équipe, un bon agenda, tout se fait.»