Après avoir fait l'acquisition de La Fernandière en juin dernier, Olymel peut maintenant miser sur une paix industrielle de huit ans qui favorisera les investissements nécessaires à son agrandissement.

Olymel met la table

Décidément, Olymel est en train de mettre la table aux nombreux investissements prévus en Mauricie. En effet, après avoir obtenu une paix industrielle de 13 ans à ses installations de Yamachiche, voilà qu'une première convention collective d'une durée de huit ans vient d'être entérinée par le personnel de son usine La Fernandière de Trois-Rivières.
Réunis en assemblée jeudi, c'est dans une proportion de 97 % que les 163 employés représentés par le syndicat des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce TUAC Local 501 ont accepté l'entente.
«Ce premier contrat de travail est un gage positif pour l'avenir de cette usine dont Olymel a fait l'acquisition le printemps dernier. Cela fait partie des conditions nécessaires au développement des activités de cet établissement désormais responsable de l'ensemble de la production des saucisses fraîches sous les marques maison d'Olymel et sous l'étiquette La Fernandière», a commenté le président-directeur général d'Olymel s.e.c., Réjean Nadeau.
«Je souhaite que le climat de confiance qui s'est établi entre les employés, leurs représentants syndicaux et la direction d'Olymel tout au long des négociations de ce premier contrat de travail se poursuive longtemps au bénéfice de toutes les parties et du succès de cette entreprise solidement implantée à Trois-Rivières depuis près de 70 ans», a-t-il renchéri.
Rappelons que c'est le 7 juin dernier qu'Olymel annonçait l'acquisition de La Fernandière. L'entreprise faisait alors part de son intention d'investir 1,5 million de dollars dans des nouveaux équipements et l'ajout d'une troisième ligne de production afin de concentrer à Trois-Rivières l'ensemble de la production de ses saucisses fraîches et à déjeuner tout en poursuivant le développement de la marque La Fernandière.
Ces projets sont aujourd'hui réalisés et ont permis de doubler le nombre d'employés, passé de 80 à plus de 160 aujourd'hui et de tripler le volume de production. Olymel planifie actuellement l'agrandissement des installations de La Fernandière afin d'accroître encore les capacités de cet établissement et d'intégrer de nouvelles marques dans le cadre de ses opérations.
«On est déjà à l'étroit. Il va falloir agrandir le printemps prochain. Cela va créer plus d'emplois et ce sera une unité d'affaires extrêmement performante», avait laissé savoir le premier vice-président d'Olymel, Paul Beauchamp, lors du dernier déjeuner des Manufacturiers Mauricie-Centre-du-Québec.
Le contrat de travail conclu à La Fernandière comprend, entre autres, des dispositions portant sur la majoration des salaires, une garantie d'heures hebdomadaire et plusieurs clauses normatives favorisant l'ancienneté dans les mouvements de main-d'oeuvre. Le partage des assurances, l'introduction d'un régime de soins dentaires et un montant forfaitaire à la signature ainsi qu'un autre en juillet 2017 font également partie de cette première convention.