L’usine Olymel de Yamachiche cherche à recruter des employés lors de deux journées de recrutement à Trois-Rivières.

Olymel en mode séduction

TROIS-RIVIÈRES — C’est une véritable opération séduction qu’Olymel a enclenchée, vendredi, à l’occasion de deux journées de recrutement qui ont pour but d’attirer des travailleurs de la région. Ce sont d’ailleurs pas moins de 200 postes qui sont à pourvoir à l’usine de Yamachiche.

Les personnes intéressées à travailler à l’usine de production de porc étaient invitées à se présenter à l’hôtel Delta de Trois-Rivières, le vendredi 31 mai et l’opération se poursuit le samedi 1er juin, de 9 h à 16 h. Deux autres journées d’embauche auront lieu les 14 et 15 juin, à l’Auberge Gouverneur de Shawinigan.

Sur l’heure du midi, vendredi, Olymel avait déjà recruté et engagé 15 nouveaux employés pour son usine de Yamachiche. L’entreprise a comme objectif d’embaucher une cinquantaine de personnes au cours des deux journées d’embauche de Trois-Rivières.

Recruter en pleine pénurie 

Olymel est par contre consciente que le recrutement peut être difficile dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. «On n’est pas le seul employeur à chercher des employés», commente Richard Vigneault, porte-parole d’Olymel. «C’est une job à temps plein de recruter», dit-il.

Afin d’attirer des travailleurs dans un rayon qui dépasse Yamachiche, l’entreprise a instauré un service de navette il y a plus d’un an, afin de transporter des employés qui habitent Trois-Rivières et Shawinigan. «Ça fait partie de notre offre pour faciliter la vie de ceux qu’on recrute», indique M. Vigneault.

L’entreprise a également mis sur pied un programme de référencement à l’interne appelé Profil, par lequel les employés de l’usine de Yamachiche qui réfèrent des travailleurs qui demeurent plus d’un an à l’emploi d’Olymel peuvent recevoir de 500 $ à 1500 $, tout dépendant du nombre de références. À Yamachiche seulement, ce programme avait permis, en avril dernier, de recruter 70 personnes.

En raison de la pénurie de main-d’œuvre que vit Québec, Olymel doit également se tourner vers des travailleurs étrangers. L’usine de Yamachiche emploie 33 travailleurs étrangers originaires notamment de l’île Maurice, et prévoit en embaucher une quinzaine d’autres prochainement.

Une usine deux fois plus performante 

Ce besoin imminent de main-d’œuvre survient alors que l’usine Olymel de Yamachiche a récemment doublé sa superficie. Les travaux d’agrandissement, qui devaient prendre fin en avril, sont pratiquement terminés. «Il reste des travaux, mais qui ne sont pas majeurs», affirme M. Vigneault. «Il n’y a aucun travail qu’il reste à faire qui est un empêchement pour les opérations», dit-il.

L’entreprise prévoit prochainement une production de 40 000 porcs par semaine, ce qui doublera la performance de l’établissement de 21 715 mètres carrés.

M. Vigneault indique par contre que cela nécessite une adaptation, vu le nombre important de nouveaux employés à l’usine. «On ne peut pas doubler la production du jour au lendemain, on se donne plusieurs mois encore pour y arriver», commente le porte-parole de l’entreprise.