Louis Tremblay, président et chef de la direction d’AddÉnergie, heureux d’accueillir le ministre Jean Boulet pour cette annonce.
Louis Tremblay, président et chef de la direction d’AddÉnergie, heureux d’accueillir le ministre Jean Boulet pour cette annonce.

Nouvelle poussée pour AddÉnergie: près d’un million $ pour la formation

Shawinigan — La croissance soutenue du fabricant de bornes de recharge pour véhicules électriques AddÉnergie incite son président et chef de la direction, Louis Tremblay, à prévoir qu’il multipliera par deux ses effectifs d’ici trois ans. Pour appuyer ces visées, le gouvernement du Québec annonce l’octroi d’une aide financière de 976 245 $ pour soutenir le développement des compétences de ces employés.

Cette annonce a été réalisée jeudi matin par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et responsable de la Mauricie, Jean Boulet, en compagnie de sa collègue députée de Laviolette - Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif. AddÉnergie compte actuellement 150 employés à son siège social de Québec, à son usine de production du Technoparc de Shawinigan et à son bureau de Montréal. M. Tremblay prévoit 160 nouvelles embauches à ces trois endroits d’ici 2023, dont 79 à Shawinigan.

«Nous recevons cette aide comme un signe de plus que le gouvernement partage la vision que nous avons du potentiel de croissance d’AddÉnergie», se réjouit le dirigeant.

Les projets foisonnent pour cette entreprise, dont les locaux de Shawinigan avaient été inaugurés en grande pompe par l’ex-première ministre Pauline Marois en février 2014. AddÉnergie perce maintenant le marché américain, avec des bornes de recharge installées à Los Angeles et New York notamment. L’entreprise vient de s’associer avec Canadian Tire pour le déploiement d’un réseau de 54 bornes de recharge rapide et d’une cinquantaine d’autres plus conventionnelles de l’Ontario à la Colombie-Britannique. AddÉnergie se spécialise également dans le développement de logiciels et en gestion de réseau énergique. 

«Plus de 25 000 bornes de recharge ont été fabriquées dans cette usine, installées sur des réseaux de recharge publics, en milieux de travail et résidentiel», relate fièrement M. Tremblay. 

«Notre mission est d’accélérer la pénétration du véhicule électrique. Si mon travail s’arrête quand vous en faites l’acquisition, je ne sers à rien! Ma relation commence à ce moment. Il faut qu’à chaque jour, le véhicule soit rechargé efficacement à la maison, au travail ou dans l’espace public.»

M. Tremblay assure que les difficultés de recrutement ne constituent pas un frein à son expansion à l’heure actuelle. Par contre, M. Boulet concède que pour soutenir cette croissance, des bassins de main-d’œuvre moins traditionnels devront être mis à contribution, comme les travailleurs expérimentés, les personnes en situation de handicap, les immigrants, les autochtones et les prestataires d’aide financière de dernier recours.

«Nous allons exploiter tous les bassins de main-d’œuvre pour nous assurer de répondre à leurs besoins», résume le ministre.

M. Boulet cite l’Association des véhicules électriques du Québec pour avancer que tout près de 65 000 véhicules électriques ou hybrides rechargeables circulaient à travers la province à la fin novembre. Rappelons que le gouvernement provincial accorde un rabais pouvant aller jusqu’à 8000 $ pour leur acquisition. L’objectif de l’ex-gouvernement libéral d’atteindre 100 000 véhicules hybrides branchables ou électriques avant la fin de l’année s’annonce difficile à atteindre, mais le ministre ne s’en formalise guère.

«C’est un marché en pleine expansion, qui a des retombées économiques et environnementales», rappelle-t-il. 

Louis Tremblay, président et chef de la direction d’AddÉnergie.
Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et responsable de la Mauricie, Jean Boulet.

FORMATION

L’aide financière permettra d’absorber le quart du coût du projet de formation de l’entreprise, évalué à 3,9 millions $. Il portera notamment sur la chaîne d’approvisionnement, la production, l’assemblage, l’amélioration de l’efficacité de la gestion, le développement des affaires sur le marché américain, le recrutement, le commerce international, l’apprentissage de l’anglais et de l’espagnol. 

Cette enveloppe provient de la Mesure de formation de la main-d’œuvre à l’intention des entreprises. Depuis le 1er avril 2019, près de 118 000 travailleurs dans 8300 entreprises ont bénéficié de ce programme, qui a accordé des aides financières totalisant 125 millions de dollars jusqu’à maintenant.