Le nouveau magasin Chaussure Pop de Shawinigan a été inauguré ce mercredi. Sur la photo, les deux propriétaires Vicky Lavigne et Dany Milette.
Le nouveau magasin Chaussure Pop de Shawinigan a été inauguré ce mercredi. Sur la photo, les deux propriétaires Vicky Lavigne et Dany Milette.

Nouveau magasin Chaussure Pop à Shawinigan: investissement de 750 000 $

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Malgré les impacts négatifs de la situation actuelle sur le commerce de détail, l’homme d’affaires Dany Milette n’a pas eu à mettre sur la glace son projet d’ouvrir un magasin de la chaîne Chaussure Pop à Shawinigan.

L’inauguration du commerce ayant pignon sur rue sur le boulevard Royal, soit juste en face des Halles de la Mauricie où se trouve le magasin Go Sport, également la propriété de M. Milette et de son épouse Vicky Lavigne, a en effet eu lieu en fin d’après-midi mercredi. L’aménagement de ce magasin faisant partie du groupe Côté-Réco – qui possède également les franchises Go Sport – a nécessité un investissement de 750 000 $. Une dizaine d’employés à temps complet et à temps partiel y travailleront à vendre des chaussures destinées à toute la famille.

«C’était naturel pour Côté-Réco d’ouvrir un Chaussure Pop à Shawinigan. Le Go Sport reste ouvert. Il n’y a rien qui change de ce côté. Le nouveau magasin vient compléter l’offre. Et comme les deux commerces seront près l’un de l’autre, il sera facile pour moi de les opérer», explique l’homme d’affaires qui compte 25 ans d’expérience dans le domaine.

Le propriétaire du nouveau magasin aménagé dans les locaux de l’ancien Superclub Vidéotron précise qu’il n’était pas possible de convertir le Go Sport en Go Pop, un magasin hybride comme ceux que l’on retrouve à Trois-Rivières, en raison de la présence d’une succursale d’une chaîne concurrente aux Halles de la Mauricie. Le propriétaire de ce magasin bénéficie en effet d’une clause d’exclusivité incluse dans son bail.

Par ailleurs, M. Milette considère que la mise sur pause du Québec en raison de la pandémie de COVID-19 le printemps dernier, qui a entraîné la fermeture de la majorité des magasins de vente au détail, n’a pas eu pour effet de ralentir le processus menant à l’ouverture de son nouveau commerce. Au contraire, il considère qu’il s’est accéléré pendant cet arrêt obligatoire, notamment en raison des opportunités qui se sont présentées relativement à la localisation.

De plus, il ne croit pas que la place de plus en plus grande qu’occupe la vente en ligne – un phénomène qui a pris de l’ampleur pendant la pause pandémique – aura des impacts négatifs sur son futur chiffre d’affaires.

«Il y a encore de la place pour la vente au détail en personne. Il y a aussi beaucoup de fuites commerciales [notamment vers Trois-Rivières], dans le commerce de la chaussure à Shawinigan», souligne celui qui s’implique également dans l’organisation des Cascades de Shawinigan de la Ligue de baseball majeur du Québec à titre de président et d’entraîneur adjoint.