Président et chef de la direction de Nemaska Lithium, Guy Bourassa ne veut rien brusquer dans la recherche des 375 millions $ nécessaires à la poursuite du projet.

Nemaska Lithium veut se donner du temps

Shawinigan — Nemaska Lithium a effectué une nouvelle mise à jour de son projet d’extraction minière de spodumène à Whabouchi et de construction de son usine de production commerciale à Shawinigan, jeudi matin lors d’une conférence téléphonique. Le président et chef de la direction, Guy Bourassa, ne pouvait toutefois donner aucun horizon sur le résultat des négociations en cours pour permettre à la jeune société d’obtenir les 375 millions $ nécessaires à la poursuite de son plan d’investissement.

«C’est peut-être un petit peu plus long que ce que j’avais anticipé», confie le dirigeant. «Mais c’est surtout parce que tout le monde s’était attaché au rapport de BBA.»

À la fin avril, cette firme indépendante en venait à la conclusion que Nemaska Lithium devrait amasser un montant «légèrement inférieur» aux 375 millions $ avancés par l’entreprise en février. M. Bourassa croit que ce sceau valide les estimations effectuées par la direction.

«Dans le meilleur des mondes, nous n’aurions pas eu six semaines de délais additionnels dans certaines discussions, qui ont été mises en suspens en attendant le rapport de BBA. Mais je suis très, très content de ce rapport, de ses conclusions et de ce que ça apporte comme eau au moulin dans nos discussions avec certains partenaires stratégiques. Personne ne met en doute la qualité de nos actifs. Mais nous avons peut-être perdu un peu de momentum en attendant ce rapport.»

Au départ, M. Bourassa aurait visiblement voulu annoncer son nouveau montage financier au printemps. Il ne veut maintenant donner aucun échéancier.

«Ce sera le plus rapidement possible, mais pas à n’importe quel coût», fait-il remarquer. «Peut-être qu’on attendra un délai de plus parce qu’on sait qu’un partenaire a plus d’attrait pour le développement de la compagnie et sa valorisation, plutôt que sauter sur les premiers 375 millions $ qui se présentent, mais qui n’ont pas la même vision.»

M. Bourassa convient que le projet traverse actuellement une étape «très importante». À pareille date l’an dernier, Nemaska Lithium s’apprêtait à célébrer la conclusion d’ententes totalisant 1,1 milliard $ pour mener ses deux projets à terme. En cours de route, la direction a toutefois dû affronter des coûts imprévus qui nécessitent l’actuelle période de recherche de financement supplémentaire.

Lors de la conférence téléphonique, le président et chef de la direction a répété que toutes les hypothèses demeuraient sur la table pour assurer l’avenir du projet.

Nouveau rythme

Nemaska Lithium a présenté les résultats de son troisième trimestre jeudi. Au 31 mars, elle disposait de 262,3 millions $ en liquidités, un montant qui s’établit présentement à environ 197 millions $.

La direction prend les dispositions pour traverser la prochaine année, jusqu’au 31 mars 2020, avec ce montant. Le rythme du projet demeurera au ralenti jusqu’à ce que les 375 millions $ recherchés soient réunis.

Jusqu’ici, Nemaska Lithium a investi 111,4 millions $ à l’usine électrochimique de Shawinigan. Ce montant s’établissait à 67,3 millions $ au 31 décembre 2018. Ainsi, pour les trois premiers mois de l’année en cours, des investissements de 44,1 millions $ ont été effectués sur le site de l’ancienne papeterie Laurentide.

«Ce montant comprend les achats d’équipements à longs délais de livraison, que nous avons demandé d’entreposer», explique M. Bourassa. «Ça inclut aussi les travaux d’ingénierie.»

«Depuis le 25 mars, nous avons complètement arrêté les travaux, donc les grosses dépenses, à Shawinigan. Nous avions un rythme de 35 à 40 millions $ par mois sur les deux sites au premier trimestre, mais nous ne sommes définitivement plus sur ce rythme.»

En fait, avec un budget de 262,3 millions $ entre mars 2019 et mars 2020, l’entreprise compresse à un peu moins de 22 millions $ par mois l’ensemble de ses opérations, principalement à la mine Whabouchi.

Au nord du Québec, Nemaska Lithium a investi 190,1 millions $ jusqu’à maintenant. M. Bourassa estime qu’il manque environ 125 millions $ pour compléter ce projet et 250 millions $ pour terminer l’aménagement de l’usine commerciale de Shawinigan, où le moment de la mise en exploitation, prévue au deuxième semestre de 2020, reste maintenant à être confirmé.

«Il n’y a qu’une seule réponse et nous l’aurons quand nous aurons clôturé le 375 millions $», résume M. Bourassa. «À ce moment, notre ingénierie de détail sera suffisamment avancée pour avoir les meilleurs prix sur nos soumissions. Je prévois aussi un calendrier de construction plus serré pour essayer de reprendre le temps perdu.»

Actuellement, Nemaska Lithium emploie 160 personnes, dont une soixantaine à Shawinigan. Le reste est réparti au site Whabouchi et dans des bureaux administratifs à Québec.

Précisons que Nemaska Lithium possède également 522 millions $ en liquidités soumises à diverses restrictions dans ses coffres, des sommes qui ne peuvent être accessibles avant la reprise des travaux.