De gauche à droite, on reconnaît Laurie Neault, conseillère marketing, chez IDE Trois-Rivières. Andréanne Guilbert, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières, Luc Pellerin, représentant du comité International de la Table régionale de l’éducation de la Mauricie, Mélanie Chandonnet, directrice générale de la Table régionale de l’éducation de la Mauricie, le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche, de même que Louis Gendron, directeur général du Cégep de Trois-Rivières.

Mission accomplie à Mulhouse

Trois-Rivières — La Ville de Trois-Rivières et plusieurs de ses organisations bénéficieront à long terme de la mission économique menée récemment par une délégation trifluvienne à Mulhouse, en France. C’est du moins l’avis du maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, qui est revenu sur cette expérience d’une semaine tenue à la mi-novembre, et pour laquelle un rapport complet sera bientôt produit.

L’initiative avait été prise par Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières, et une dizaine de représentants de différents organismes, en plus du maire et du conseiller municipal Denis Roy, ont pris part à ce voyage. La délégation participait notamment au Salon des industries du futur 4.0 dans cette ville de l’Alsace, où de nombreuses rencontres ont été faites, desquelles pourraient découler plusieurs échanges et partenariats.

«De nos jours, la mobilité étudiante, la rétention de talents et l’attractivité générale d’une ville font partie des éléments à mettre en valeur pour tirer notre épingle du jeu. Notre ville est performante sur cet enjeu, car les acteurs clés savent travailler ensemble pour arrimer leurs messages et leurs stratégies. Notre synergie est palpable et notre convivialité est attirante pour les entreprises et les organisations européennes», a expliqué le maire Lamarche, précisant que la présence d’un maire dans une telle délégation était, en Europe, vue comme une grande preuve de considération.

Des représentants d’IDE Trois-Rivières, de la Ville de Trois-Rivières, du Port de Trois-Rivières, de la Table régionale de l’éducation de la Mauricie, du Cégep de Trois-Rivières, de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières, de Culture Trois-Rivières et d’entreprises privées, étaient également du voyage, visant à créer une passerelle pour permettre aux entreprises du territoire de se développer sur le marché européen. «Plusieurs projets sont déjà sur la table, notamment entre les ports de Trois-Rivières et de Mulhouse-Rhin, entre les institutions collégiales et universitaire et du côté des productions culturelles, qui seront exportées vers l’Europe», ajoute Jean Lamarche.

Ce dernier a quant à lui pu profiter de ce voyage pour participer au Congrès des maires de France à Paris, où plus de 9000 élus municipaux étaient réunis pendant deux jours. M. Lamarche a été invité à participer à un panel sur lequel il a parlé du projet de développement de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, de la décontamination d’un terrain et de la transformation d’une friche en un projet majeur de développement. Il partageait la scène avec des élus de la Nouvelle-Calédonie et de la Guyanne française, notamment.

«J’ai pu constater différents enjeux relevant du municipal en Europe. Présentement, ils se retrouvent avec un gros défi, puisque 60% des élus municipaux en France songent à ne pas se représenter aux prochaines élections», mentionne-t-il.

Chambre de commerce

De son côté la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières participait pour la première fois à une mission de ce genre en sol étranger. Sa directrice générale, Andréanne Guilbert, dit en revenir avec énormément de nouvelles idées qui pourraient inspirer de nouvelles pratiques au sein de l’organisme. «Je reviens avec plein de nouvelles idées pour nos événements, mais aussi pour nos modes de financement, notre affichage, nos inscriptions», indique-t-elle, ne voulant pas en dévoiler davantage pour le moment mais affirmant avoir semé des graines qui donneront de beaux résultats prochainement.

Mme Guilbert s’est d’ailleurs montrée agréablement surprise de l’accueil reçu pour le kiosque de la Ville de Trois-Rivières lors du Salon des industries du futur. «J’ai été étonnée de voir à quel point les gens là-bas connaissaient déjà Trois-Rivières et avaient un réel intérêt pour nous et ce que nous faisons. J’ai eu l’occasion de parler à tous ces gens de la Chambre, de l’UQTR, de la ville en général», signale-t-elle, visiblement satisfaite.