Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les frères William et François-Eugène Lessard sont les propriétaires de la Microbrasserie Nouvelle-France.
Les frères William et François-Eugène Lessard sont les propriétaires de la Microbrasserie Nouvelle-France.

Microbrasserie Nouvelle-France investit 2 M$

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Saint-Alexis-des-Monts — La Microbrasserie Nouvelle-France investira deux millions $ pour acheter des équipements dans le but d’augmenter sa production de bières vers la fin de 2021.

La demande pour les produits de cette microbrasserie de Saint-Alexis-des-Monts est forte, explique François-Eugène Lessard. L’entreprise qui fête ses 23 ans en 2021 est rendue à une étape d’augmenter son volume de production.

«On ne peut pas rester comme ça. Il faut produire plus. La demande est là et on passe à côté de commandes depuis un an. On produit actuellement 4000 hectolitres par année et on veut monter ça à 6000», mentionne le copropriétaire de la microbrasserie avec son frère, William.

La compagnie va acquérir des cuves automatisées. En choisissant ce type d’équipements, la microbrasserie pourra entre autres gérer la température du produit à distance au lieu de le faire à la main. Cette façon de faire ne requiert pas de personnel supplémentaire.

De plus, une nouvelle canneuse fera son entrée dans l’usine qui sera réaménagée. Cette machine permettra de remplir des canettes de 473 ml, une opération déjà présente à la microbrasserie, mais aussi des canettes de 355 ml, soit le format de la bière traditionnelle.

La production de bière va passer de 4000 à 6000 hectolitres par année.

La compagnie qui a longtemps été reconnue pour sa bière sans gluten «Messagère» a ajouté différentes bières au fil des dernières années. Plus de 50 tests de brassin sont effectués par année, ce qui a permis d’actualiser l’image de la compagnie sur le marché très compétitif de la bière.

«On est revenu à notre volume de production de 2010, dit M. Lessard. On avait perdu la moitié en 2011, 2012, 2013. En 2014, ça faisait 10 ans qu’il n’y avait aucun nouveau produit à la microbrasserie. On a gardé nos clients fidèles à la Messagère. On a développé de nouvelles recettes. On travaille sans arrêt sur de nouveaux produits et c’est aujourd’hui notre plus grande force. On répond au marché. Ce sont des produits que les gens veulent avoir et on les sort en moins d’un mois. Nos IPE sont très populaires. Avec la nouvelle canneuse, on va produire de la bière blonde pour monsieur et madame Tout-le-Monde. On est passé à une brasserie qui fait les produits les plus modernes et recherchés. Notre image marketing est à jour, alors qu’avant, c’était le contraire.»

L’expansion va amener la microbrasserie à produire des eaux alcoolisées. La compagnie va mettre sur le marché de la bière sans sucre et avec un minimum de calories.

«C’est la nouvelle tendance, dit François-Eugène Lessard. Et il y a des choses qui s’en viennent pour les bières sans gluten.»

La microbrasserie veut atteindre 6000 hectolitres par année grâce à cet investissement, mais veut y parvenir de façon graduelle et réfléchie. Ce volume de production devrait être atteint en 2023.

«La microbrasserie va très bien. On est la sixième plus vieille microbrasserie au Québec. On a un produit solide. Mais on a déjà vu des entreprises grossir et ça n’a pas marché. Je veux faire ce projet sainement. On prend notre temps.»