Julie Boulet

Menace de blocus des sentiers de motoneige: Julie Boulet est très inquiète

Le blocus des sentiers de motoneige dans la région et partout à travers la province causerait des impacts importants au tourisme hivernal, craint la ministre en titre et députée de Laviolette, Julie Boulet. Pour cette raison, elle souhaite vivement que les agriculteurs ne mettront pas leur menace à exécution.
Dans des conditions hivernales exceptionnelles, les adeptes de cette activité peuvent s'en donner à coeur joie depuis le début de l'hiver. Un conflit entre l'Union des producteurs agricoles et le gouvernement concernant la refonte du programme de crédit de taxes foncières risque toutefois de faire dérailler cette saison de rêve.
«La ministre du Tourisme est évidemment très préoccupée», commente Mme Boulet. «J'ai parlé au président de l'UPA et je pense toujours que ce n'est pas une façon de négocier les choses. M. (Laurent) Lessard vient d'entrer dans le dossier. On est toujours en discussion.»
«Un analyste, Luc Godbout, a été mandaté par le ministère de l'Agriculture pour faire des vérifications entre ce que dit l'UPA et ce que dit le ministère», rappelle la députée de Laviolette. «L'objectif de cette réforme était de diminuer la réglementation et les coûts pour la majorité des propriétés agricoles. Pour l'instant, l'UPA dit le contraire.»
La ministre espère que les agriculteurs laisseront le temps à M. Godbout de compléter son analyse avant de passer aux actes. Pour le moment, le blocus des sentiers est prévu le 6 février, partout au Québec.
«On souhaite que l'UPA ait l'ouverture de ne pas bloquer les sentiers de motoneige», prie la ministre. «C'est plus de trois milliards de dollars en retombées économiques au Québec. Nous avons toujours été
un royaume, des touristes débarquent chez nous. En plus, nous avons beaucoup de neige et les sentiers sont très beaux. On souhaite trouver une autre façon de dialoguer.»
Donald Martel
Le ministre doit rapidement rencontrer les agriculteurs, croit Donald Martel
Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, somme le nouveau ministre de l'Agriculture, Laurent Lessard, de rencontrer rapidement les producteurs agricoles afin d'éviter que ces derniers mettent à exécution leur menace de bloquer les sentiers de motoneige afin de protester contre la refonte du programme de crédit de taxes foncières agricoles.
Ayant hérité de ces fonctions ministérielles après l'exclusion de Pierre Paradis du cabinet des ministres du gouvernement libéral, M. Lessard doit corriger les erreurs de son prédécesseur selon M. Martel, qui agit également comme porte-parole en matière d'Agriculture pour la Coalition avenir Québec. 
Il considère que l'industrie touristique québécoise ne peut pas se permettre de perdre les retombées qui découlent de la pratique de la motoneige en période hivernale, notamment en Mauricie et au Centre-du-Québec. Et comme Laurent Lessard est également ministre des Transports,
il possède tous les pouvoirs pour régler ce conflit, selon le député Martel.
«C'est le premier dossier qu'il doit attaquer. Les agriculteurs font preuve de générosité et de gentillesse en permettant aux motoneigistes de circuler sur leurs terres. Mais dans le contexte où ils n'avaient pas de réponse du ministère de l'Agriculture concernant leurs revendications, c'était leur seul moyen [de se faire entendre]. Je ne les blâme pas. C'est pour ça que Laurent Lessard doit régler ça rapidement», insiste M. Martel.
Dans cette optique, il conseille au ministre de retarder l'application de la refonte qui entraînera des hausses importantes des taxes municipales agricoles pour de nombreux producteurs et de trouver par la suite une solution pour régler les problèmes fiscaux qui touchent le milieu rural. Il ajoute que celle-ci ne devra pas avoir pour effet d'augmenter de façon exponentielle le fardeau fiscal des producteurs agricoles. Toujours selon M. Martel, certains producteurs agricoles devront payer des comptes de taxes 50 % plus élevés, et ce, dès cette année si la refonte est mise en place comme prévu.