Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le président sortant de la CCI3R, Jean Pellerin, et la nouvelle présidente, Me Cassy Bernier.
Le président sortant de la CCI3R, Jean Pellerin, et la nouvelle présidente, Me Cassy Bernier.

Me Cassy Bernier devient présidente de la CCI3R

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
C’est au terme d’un mandat marqué par des activités virtuelles, pandémie oblige, que Jean Pellerin a laissé sa place à Me Cassy Bernier à la présidence de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R). C’est ce qui ressort, entre autres, de l’assemblée générale annuelle tenue mercredi... virtuellement.

Après avoir fondé Bernier Notaire en 2013, elle s’associe en 2020 à l’équipe de Leblanc Martin Bernier, notaires et avocats - KSA Avocats, cabinet de droit traditionnel, civil et commercial. Ses différentes implications au sein d’organisations ayant à coeur le développement régional et ses aptitudes en gouvernance contribueront à l’avancement de la CCI3R, a-t-on souligné.

Notons, entre autres, sa contribution à titre de présidente de la Jeune Chambre de la Mauricie, d’experte en droit des affaires chez Femmessor Mauricie, ainsi que son apport auprès d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières, du concours OSEntreprendre, et de la Société canadienne du cancer.

«L’engagement dans la communauté est au coeur de mes priorités. C’est pour cette raison que depuis mon élection à la Chambre trifluvienne en 2018, j’oeuvre à l’avancement de nos dossiers avec conviction et je suis extrêmement enthousiaste de poursuivre ces actions dans le rôle de présidente. Entourée d’un conseil d’administration formé d’experts et d’une équipe permanente dévouée, je suis impatiente de débuter mon mandat», a commenté Me Bernier.

À son avis, «c’est ensemble qu’on fait une différence, et encore plus cette année». «On a bien hâte de se revoir dans les activités. Ça nous manque. La Chambre aura 140 ans cette année. Ce sera une année spéciale empreinte, je l’espère, d’un retour à la vie normale», a-t-elle soutenu dans son discours.

Celle-ci entend bien, avec son équipe, continuer de suivre les allègements gouvernementaux «en espérant pouvoir vous revoir en présentiel». «On veut que la Chambre soit un incontournable et on veut s’assurer une cohésion à travers les intervenants du milieu», affirme celle qui identifie comme enjeux la main-d’oeuvre, les places en garderie et les dossiers d’infrastructures.

Malgré les mesures sanitaires empêchant tout rassemblement, le réseau d’affaires trifluvien a connu un grand succès pour sa 139e saison d’activités. Les Grands déjeuners d’affaires Cogeco demeurent incontournables grâce à la qualité des conférenciers invités. Le Gala Radisson a poursuivi sa tradition de mettre en lumière les entrepreneurs et personnalités qui se démarquent en réalisant une soirée de télé unique.

Des rencontres avec QuébecInnove, la Caisse de dépôt et placement du Québec, Investissement Québec, RecycQuébec et plusieurs ministres ont ponctué la programmation afin de continuer d’informer les membres sur les enjeux d’actualité.

Au-delà des activités, la Chambre a poursuivi son rôle de leader d’influence en se positionnant dans des lieux décisionnels stratégiques et en alignant les actions avec celles de partenaires, déterminés à agir pour l’essor de la communauté.

Parmi les démarches stratégiques, notons la poursuite des interventions au niveau des projets d’infrastructures pour faire cheminer les dossiers du train à grande fréquence, de l’Aéroport de Trois-Rivières et du projet de bande riveraine du Port de Trois-Rivières. Les dossiers d’achat local, la pénurie de main-d’oeuvre et l’accompagnement en développement durable sont demeurés au coeur des priorités de la Chambre trifluvienne.

Quittant pour un congé de maternité à la fin du mois de juin, l’actuelle directrice générale Andréanne Guilbert a débuté le transfert de dossiers avec celle qui occupera le rôle pour la prochaine année, Geneviève Scott Lafontaine. Jusqu’à sa nomination, Mme Scott Lafontaine dirigeait une Chambre voisine, celle du territoire de Maskinongé.

Cumulant plusieurs projets novateurs et une expérience riche dans le réseau des Chambres, cette dernière perçoit la prochaine année de façon très positive, avec un potentiel retour des événements en présence ainsi que des célébrations entourant le 140e anniversaire de l’organisation.

«C’est grâce à l’engagement de nos membres et à l’appui de nos partenaires financiers que la Chambre est demeurée forte, active et présente. Cette crise inhabituelle nous a forcés à repenser notre positionnement, à légitimer nos actions et à dévoiler notre nouvelle raison d’être: mobiliser, réseauter, informer pour faire la différence dans la communauté d’affaires, dans une perspective de développement durable. Quand je pense à toutes les entreprises et commerces que nous avons accompagnés durant la pandémie, je ne peux qu’être fier du travail accompli par notre organisation, qui s’avère essentielle dans la reprise économique que nous entamons», a conclu le président sortant, Jean Pellerin, qui laisse derrière lui un excédent budgétaire de 172 000 dollars contre 35 000 dollars l’année précédente, grâce entre autres aux subventions COVID, et un organisme qui compte 650 membres.