Pierre Cloutier est le nouveau directeur général de la SADC de la MRC de Maskinongé.

Maskinongé: Pierre Cloutier à la direction de la SADC

LOUISEVILLE — Le conseil d’administration de la SADC de la MRC de Maskinongé n’a pas eu à regarder bien loin pour repérer un nouveau directeur général. Pierre Cloutier, membre du personnel de cette Société d’aide au développement des collectivités depuis près de 18 ans, est le directeur général de l’organisme depuis lundi.

La SADC était sans direction générale depuis la mi-novembre en raison du départ d’André Desjardins après un court séjour de cinq mois. Le conseil d’administration avait alors estimé qu’il lui faudrait entre trois et six mois pour lui trouver un successeur. Sauf que le dossier a pris une tournure inattendue. M. Cloutier, conseiller en développement et en communications de la SADC, a manifesté son intérêt pour la direction générale au début du mois de décembre après avoir amorcé une réflexion en ce sens depuis quelques mois.

«C’est avoir une stimulation professionnelle qui m’a allumé et j’ai pris conscience que ça m’allumait. J’ai 50 ans, le timing est bon en terme d’âge, de situation familiale et personnelle. J’étais rendu là», mentionne M. Cloutier, bien connu des intervenants économiques, sociaux et politiques de la MRC de Maskinongé et aussi fortement impliqué dans différentes activités reliées aux saines habitudes de vie.

Odette Gélinas, présidente du conseil d’administration de la SADC, avoue que la démarche de Pierre Cloutier a été une surprise. Les membres du conseil d’administration l’ont de toute évidence bien accueillie. Le processus d’appel de candidatures a été laissé de côté. Mais le conseil exigeait que M. Cloutier se soumette à une évaluation menée par une firme externe en ressources humaines.

«C’était notre condition, précise Mme Gélinas. Il nous avait dit qu’il était capable, mais on voulait qu’il passe les tests. Et il les a passés haut la main. Pierre a du bagage à la SADC. Il a la connaissance du milieu. Et dans l’équipe, on a remarqué qu’il a un leadership naturel, que l’équipe allait vers lui. Il lui manque l’aspect administratif, mais il se dit capable de l’acquérir, il a le vouloir d’acquérir des connaissances et ça s’apprend! Il a beaucoup de motivation. Pierre est un gars de défis. Quand il prend un défi en main, il met tout ce qu’il faut en place pour réussir.»

Pierre Cloutier se dit bien conscient du défi que représente la tâche de diriger un organisme de soutien économique. Il entend bien le relever.

«C’est mon désir d’apprendre qui a remonté. J’ai le goût d’apprendre la gestion financière, la gestion du personnel. Ce sont des volets que je dois apprendre. Mais on a des gens d’expertise et d’expérience ici, ils vont m’accompagner. Je vais évoluer avec le soutien de l’équipe. Et le travail avec les entrepreneurs me passionne énormément. Faire une différence dans leur projet, les soutenir dans la réalisation de leur rêve, c’est vraiment stimulant.»

Le conseil d’administration se donne environ six mois pour embaucher une conseillère ou un conseiller en développement et en communications.