L'inflation annuelle canadienne a ralenti davantage que prévu le mois dernier.

L'inflation annuelle a plus ralenti que prévu en raison des prix des aliments

L'inflation annuelle canadienne a ralenti davantage que prévu le mois dernier, le déclin soutenu des prix des aliments ayant fortement contribué à neutraliser l'effet d'une hausse des prix de l'essence, a indiqué vendredi Statistique Canada.
Les plus récents chiffres sur l'inflation semblent donner raison à la Banque du Canada, qui a récemment estimé que, malgré des mois d'amélioration dans les indicateurs, l'économie du pays avait encore un bon bout de chemin à faire avant de tourner au maximum de sa capacité.
L'indice des prix à la consommation de Statistique Canada a grimpé de 1,6 pour cent en mars, ce qui signifie que l'inflation a ralenti par rapport au mois de février. La croissance de 2,0 pour cent des prix à la consommation du mois de février atteignait directement la cible idéale de la Banque du Canada.
Les économistes s'attendaient à une inflation de 1,8 pour cent pour le mois de mars, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.
Le ralentissement de l'inflation faisait suite à des mois de données économiques étonnamment vigoureuses - une série d'améliorations qui a convaincu la banque centrale de revoir à la hausse sa prévision de croissance pour l'année 2017 à 2,6 pour cent, comparativement à celle de 2,1 pour cent émise en janvier.
Mais malgré la vigueur des données, le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a estimé la semaine dernière qu'il était encore un peu tôt et que l'économie n'avait pas encore prouvé qu'elle pouvait maintenir ce rythme de croissance. M. Poloz a en outre souligné certains risques qu'il juge persistants, ce qui laisse croire que la banque centrale n'est pas susceptible de hausser son taux d'intérêt directeur de sitôt.
Aux yeux de Benjamin Reitzes, économiste principal à la Banque de Montréal, les données de vendredi sur l'inflation sont très conformes au message de la Banque du Canada, qui veut que l'économie ait encore beaucoup de chemin à faire.