Le président directeur général du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité, Gaston Bédard.

Les valeurs coopératives ont la cote chez les 18-34 ans

Les milléniaux, c'est-à-dire les jeunes âgés de 18 à 34 ans, sont tout particulièrement attirés par des valeurs individuelles reliées directement aux organisations coopératives.
C'est du moins ce qui ressort des résultats d'un sondage commandé par le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM) qui ont été présentés, mercredi, lors du passage à Trois-Rivières d'une délégation de représentants de cette organisation dans le cadre d'une tournée provinciale.
Plus précisément, 59 % des jeunes âgés entre de 18 à 34 ans ont identifié l'honnêteté et la transparence comme étant la valeur personnelle la plus importante pour eux, suivie de l'altruisme pour 51 % d'entre eux ainsi que de l'égalité/équité pour 45 %.
Comme ces valeurs constituent en quelque sorte le fondement éthique des coopératives, le président directeur général du CQCM, Gaston Bédard, soutient que son organisation compte bien capitaliser sur cette réalité afin d'attirer ces jeunes-là vers le milieu coopératif et, du même coup, favoriser la création de nouvelles entreprises coopératives et la croissance de celles déjà existantes.
Fait à noter, l'étude réalisée par la firme Léger Marketing démontre également que 61 % des jeunes de la génération Y seraient intéressés à travailler au sein d'une telle organisation, un pourcentage qui grimpe à 74 % parmi ceux qui connaissent des organisations coopératives ou mutualistes.
«Les milléniaux représentent la génération la plus entreprenante depuis longtemps. Notre sondage dit la même chose. C'est notamment le cas au Centre-du-Québec et en Mauricie, où 57 % se disent prêts à s'engager dans une entreprise, qu'elle soit une coopérative ou une entreprise traditionnelle privée.
C'est encourageant pour nous, car ça veut dire qu'on peut compter sur [les jeunes de] cette génération-là si on leur fait une place, si on les aide, si on leur tend la main et si on leur ouvre les portes pour entreprendre leur rêve», explique M. Bédard.
Cette étude a aussi permis de constater que les jeunes faisant partie du groupe d'âge ciblé sont trop peu nombreux à connaître le fonctionnement des coopératives. Le CQCM est donc conscient qu'il a du pain sur la planche et il compte bien prendre des moyens concrets afin de remédier à la situation.
«C'est une des raisons d'être de notre tournée. Nous voulons travailler davantage à éduquer, à informer, à motiver, à aider et à accompagner les futurs entrepreneurs coopératifs», précise M. Bédard.
Dans cette optique, les membres de la délégation du CQCM sont allés à la rencontre des étudiants de l'Université du Québec à Trois-Rivières en fin de journée mercredi afin de participer à une activité de type apéro-causerie au cours de laquelle il a été question du modèle coopératif et des retombées qu'il peut avoir dans les collectivités. Quelques réussites de ce modèle en Mauricie ont également été présentées.
200 coopératives en Mauricie et au Centre-du-Québec
Alors que le CQCM s'efforcera d'appuyer de nouvelles initiatives, le modèle coopératif est déjà bien implanté en Mauricie et au Centre-du-Québec.
Ces régions comptent en effet 199 coopératives actives, en excluant Desjardins et les autres coopératives et mutuelles de services financiers, et ces dernières emploient plus de 3000 personnes.