Une partie des anciens locaux de Sears sera occupée par le magasin Hart.
Une partie des anciens locaux de Sears sera occupée par le magasin Hart.

Les Rivières poursuivent leur développement malgré la pandémie

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Malgré la pandémie et ses nombreux impacts sur le commerce au détail, de nouvelles bannières s’installent au centre commercial Les Rivières, dont Hart qui doit ouvrir un magasin très bientôt à l’étage de l’ancien Sears.

«Le développement va bon train. Le Urban Planet a ouvert dernièrement et Hart sera situé au deuxième étage. L’ouverture au public est imminente», affirme Sylvie Perron, directrice du Centre Les Rivières.

Il ne resterait que quelques travaux à réaliser afin de commencer à préparer le magasin pour accueillir des clients. Si aucune date d’ouverture n’est pour l’instant confirmée par la direction du Centre Les Rivières, on assure que Hart compte bien profiter de la période des Fêtes.

L’immense superficie qu’occupait autrefois Sears n’est bien sûr pas utilisée par les deux nouvelles bannières. Il reste encore une grande partie disponible pour de futurs locataires.

Le magasin Hart sera situé au deuxième étage du Urban Planet.

«Le développement suit son cours. Il va avoir des joueurs qui vont sûrement s’ajouter à ce nouvel usage. Ça correspond à un centre de proximité qu’on veut faire. Hart est un joueur qu’on attend et qui est le bienvenu chez nous», ajoute Mme Perron.

L’arrivée de nouvelles bannières dans un centre commercial en période de pandémie démontre que malgré tous les chambardements de l’industrie, certaines entreprises ne craignent pas de poursuivre leur développement.

«Malgré la pandémie, nous avons ajouté quelques bannières à notre centre commercial. On a T-Shirt Xpression qui s’est joint à nous récemment. La semaine dernière New York Coiffure ouvrait ses locaux», note la directrice des Rivières.

Certains secteurs comme le sport, les loisirs ou encore la décoration, précise M. Perron, fonctionnent plutôt bien malgré la pandémie. C’est évidemment tout le contraire des restaurateurs qui doivent se rabattre sur les livraisons ou les commandes pour emporter.

«Nous avons des locataires actuellement qui font de l’excellente business et la pandémie amène une nouvelle clientèle», note la directrice du centre Les Rivières.

«Pour d’autres, c’est plus difficile. On fait des choix, car il y a des personnes qui n’ont pas le même budget qu’avant. Mais la plupart des commerces s’en tirent assez bien.»