Olivier Myre, Roxanne Monfette et leur fils Henri à l’intérieur du café Aux cinq soeurs.

Les propriétaires du café Aux cinq sœurs libérés d’un lourd fardeau

Sainte-Thècle — «Le café Aux cinq sœurs est notre Fred Pellerin à nous», n’hésite pas à dire le maire de Sainte-Thècle, Alain Vallée. Conscients que ce commerce est le principal produit d’appel de la communauté, des élus de Sainte-Thècle ont décidé d’aider le commerce en amassant près de 25 000 $ pour la démolition du bâtiment appartenant au café qui menaçait de s’effondrer et qui mettait la jeune entreprise dynamique en situation très précaire.

«Le café Aux cinq sœurs est notre principal produit d’appel à Sainte-Thècle. C’est le commerce qui attire le plus de visiteurs de l’extérieur et qui permet à tous les autres de profiter des retombées», affirme le maire de la municipalité, Alain Vallée.

Ouvert en 2016 par deux jeunes entrepreneurs qui ont choisi Sainte-Thècle, le café Aux cinq sœurs a rapidement été adopté par la population. Olivier Myre et Roxane Monfette ont rénové l’ancien magasin général du village et l’endroit est redevenu un lieu de rencontre. Lorsque Le Nouvelliste s’est entretenu avec le maire par téléphone, ce dernier était d’ailleurs par hasard au café pour profiter de l’endroit.

L’entreprise était toutefois menacée après avoir acquis sans inspection préalable un bâtiment aux Chevaliers de Colomb. Or, la structure de la bâtisse était affaiblie et cette dernière menaçait de s’effondrer. Olivier Myre et Roxane Monfette pouvaient difficilement essuyer les coûts de démolition.

Ce bâtiment a été acquis par la Municipalité de Sainte-Thècle avant d’être démoli.

Souhaitant préserver ce commerce, le maire de Sainte-Thècle et des conseillers ont mené une campagne de financement auprès de citoyens et commerçants de la localité pour payer la démolition. «Tout le monde a participé. J’ai ramassé beaucoup plus d’argent que ce que je pensais», mentionne le maire Alain Vallée. «Nous avons amassé près de 25 000 $.»

La Municipalité a alors acquis le bâtiment et le terrain à un prix équivalent à la valeur de ce dernier. La transaction a été conclue lundi dernier et les travaux de démolition ont eu lieu mercredi. L’ancien bâtiment des Chevaliers de Colomb fait désormais partie du passé. Et la Municipalité a déjà un projet pour occuper le terrain.

«Nous allons faire un parc avec stationnements où nous allons rendre hommage à Pierre Naud, le fondateur de l’entreprise qui porte son nom», précise le maire Alain Vallée.

Des entrepreneurs libérés

Le copropriétaire du café, Olivier Myre, avoue être libéré d’un immense poids depuis le début de la semaine. Déjà parents d’un jeune enfant, les deux propriétaires du café en attendent un deuxième. Les derniers développements sont donc plus que bienvenus. «On dort vraiment mieux ma conjointe et moi depuis le début de la semaine», avoue-t-il. «On s’est débarrassé de ce problème pour lequel nous ne pouvions rien faire.»

Cette mésaventure aurait malgré tout coûté cher aux deux jeunes entrepreneurs. Quelques initiatives pour leur venir en aide ont d’ailleurs été mises sur pied ou sont en préparation. Les employés du café préparent actuellement un souper spectacle-bénéfice pour recueillir des fonds. Les détails de ce spectacle seront dévoilés prochainement. «Comme les anciens propriétaires du bâtiment n’ont pas voulu nous entendre et que notre assurance a été résiliée, cela a entraîné beaucoup de coûts», mentionne Olivier Myre. «C’est de l’aide qu’on va prendre, parce que sincèrement, nous en avons besoin.»