La crise du secteur de l'énergie et les difficultés connues par un nouveau vol à destination du Royaume-Uni seraient à l'origine de la diminution des profits de WestJet au deuxième trimestre.

Les profits de WestJet plongent

Le deuxième plus grand transporteur aérien au pays a vu ses profits diminuer au deuxième trimestre, ce qu'il a attribué à l'impact de la crise du secteur de l'énergie et aux difficultés connues par un nouveau vol à destination du Royaume-Uni.
WestJet Airlines a affiché un bénéfice net de 36,7 millions $ pour le trimestre d'avril à juin, ce qui représente une baisse de 40 pour cent par rapport à celui de 61,6 millions $ engrangé à la même période l'an dernier.
La ligne aérienne établie à Calgary a témoigné d'une pression à la baisse soutenue sur ses tarifs, conséquence du sévère repli du secteur de l'énergie de l'Alberta et de la Saskatchewan. Cela a eu pour effet de réduire sa marge d'exploitation à 6,5 pour cent, par rapport à celle de 10,7 pour cent de l'an dernier.
Les coûts ont aussi progressé en raison des pépins connus par son nouveau vol à destination de l'aéroport Gatwick, de Londres. La société a été confrontée à des retards dans ses vols et des annulations en raison de problèmes avec le Boeing 767 usagé qu'elle a ajouté à sa flotte pour desservir ce vol en particulier.
Lors d'une conférence téléphonique, le chef de la direction de WestJet, Gregg Saretsky, a précisé que les problèmes avaient été accentués par le fait que l'avion a été livré au transporteur avec 55 jours de retard.
Mais ces problèmes, propres à de nouvelles activités, se règlent et le vol fonctionne normalement depuis le début de juillet. «C'était un accroc et cet accroc est derrière nous; touchons du bois», a indiqué M. Saretsky.
Les revenus de l'entreprise ont légèrement augmenté à 949,3 millions $, par rapport à 942 millions $ l'an dernier, malgré les faiblesses en Alberta et en Saskatchewan. La société a continué à diversifier son offre au-delà de ces deux marchés.
WestJet a dévoilé lundi son horaire pour la prochaine saison hivernale, qui comprend davantage de vols vers des destinations tropicales. Le transporteur a aussi ajouté, en juin, des vols entre Kelowna, en Colombie-Britannique et Winnipeg, ainsi qu'entre Hamilton et Edmonton.