Martin Leblanc, dirigeant-propriétaire de Royal LePage Mauricie.

Les maisons de plain-pied ont la cote

Trois-Rivières — Si la tendance se maintient, le marché de la vente des maisons de plain-pied pourrait être à l’avantage des vendeurs en 2018 à Trois-Rivières.

C’est du moins ce qui ressort d’une étude de Royal LePage qui a été publiée mercredi et qui indique que le prix médian de ce type de maisons a connu une hausse de 3,5 % par rapport à la même période en 2016 pour atteindre 179 355 $ lors du quatrième trimestre de l’année 2017. De plus, les ventes pour ce style de propriété ont augmenté de 23,9 %.

Cette augmentation s’explique entre autres par le fait que de plus en plus de baby-boomers mettent leur propriété en vente et que ces maisons sont populaires auprès des jeunes familles et des acheteurs d’une première demeure.

«Les prix pourraient être amenés à augmenter dès le début de 2018. Nous serions alors dans un marché à l’avantage des vendeurs, où les prix augmentent alors que l’inventaire diminue», explique Martin Leblanc, dirigeant-propriétaire de Royal LePage Mauricie.

Cependant, cette condition du marché se limiterait à la catégorie du plain-pied. L’étude sur les prix des maisons de Royal LePage indique en effet que les prix du marché immobilier résidentiel sont demeurés pratiquement inchangés au cours du même trimestre. Ils ont en effet diminué de 0,5 % par rapport au même trimestre en 2016, le prix médian se chiffrant à 202 596 $.

M. Leblanc prévoit de plus que les prix des maisons devraient connaître une mo- deste augmentation en 2018 sur le territoire trifluvien en raison du choix limité de propriétés sur le marché. Ce dernier espère d’ailleurs que les efforts de différents acteurs du milieu économique de la région afin d’attirer de la main-d’œuvre qualifiée contribueront à stimuler le marché immobilier.