De gauche à droite: Julie Beauparlant, directrice des ressources humaines chez Bermex, Gaétan Bellemare, vice-président production, Marc H. Plante, député de Maskinongé et Nancy Villemure, vice-présidente marketing.

Les États-Unis dans la mire du Groupe Bermex

Louiseville — L’entreprise Bermex de Louiseville souhaite accroître le marché qu’elle possède déjà du côté des États-Unis et du Canada. Le gouvernement du Québec lui a décerné, lundi, une aide financière de 92 500 $ du programme Exportation à cet effet.

Le député de Maskinongé, Marc H. Plante, indique que le programme permet notamment d’aider les entreprises à participer à des salons de grande envergure, comme le High Point Market, en Caroline du Nord, de même que le Salon canadien du meuble, à Toronto. «Toutes les entreprises sont là, alors on veut que les entreprises de chez nous y soient, développent des marchés et continuent de créer des emplois», dit-il.

Nancy Villemure, vice-présidente marketing explique que pour le Groupe Bermex, «le développement et la fabrication de produits de qualité, la création et le maintien des emplois est aussi au cœur de nos préoccupations et de nos stratégies d’affaires.» Afin d’y parvenir, «la conquête de marchés hors Québec est un incontournable pour assurer autant notre croissance que notre pérennité», indique-t-elle.

Le projet en question est évalué à lui seul à plus de 763 000 $ pour la mise en œuvre d’une stratégie de développement du marché américain. L’entreprise consacrera aussi plus de 228 000 $ afin de réaliser des activités de commercialisation qui lui permettront d’augmenter ses ventes au Canada et aux États-Unis.

Rappelons que le Groupe Bermex offre à ses clients un éventail de meubles pouvant être configurés sur mesure. «On a 200 formes et grandeurs de tables avec une douzaine de styles de pattes, une quarantaine de bases qui vont sous les tables de même que 400 modèles de chaises avec ou sans bras», illustre Mme Villemure.

Afin de faciliter le processus d’achat, Bermex investit présentement dans le développement d’une application web avec l’entreprise SolidXperts. Offerte en anglais et en français, «elle permettra aux consommateurs canadiens et américains de visualiser en trois dimensions le produit qu’ils veulent acheter avec toutes les options qu’ils veulent, que ce soit un style de pattes, la couleur, le choix du tissu ou le fini. La vente passe toutefois par les détaillants, précise Mme Villemure. L’entreprise dessert aussi les institutions.

Bermex possède des usines à Victoriaville, Beauceville, Berthierville et Louiseville. Présentement, 50 % de la production de Bermex est exportée aux États-Unis, un pourcentage que l’entreprise voudrait bien voir croître, tant chez nos voisins du sud que dans le reste du Canada.

Mme Villemure indique que l’entreprise, comme bien d’autres sans doute, mise sur l’intervention d’Ottawa dans les négociations sur l’ALÉNA «pour nous permettre d’être encore présents sur ces marchés-là» puisque la réception aux États-Unis, dit-elle, est très bonne à l’égard des produits fabriqués par Bermex. «On demeure confiant.»

Comme beaucoup d’entreprises au Québec, Bermex a présentement des postes à combler dans différents secteurs d’activités, soit une vingtaine en tout. Le Groupe Bermex compte plus de 500 employés dont 115 œuvrent chez Finition Chez Soi, son usine située à l’entrée est de Louiseville.

Le député Plante rappelle que la MRC de Maskinongé a mis en place une stratégie d’attraction et de rétention des nouveaux arrivants dans la MRC, ce qui devrait avoir des retombées positives sur les besoins d’embauche des entreprises du territoire.