Entourant leur robot gagnant, on aperçoit ici quelques-uns des participants en compagnie de leur entraîneur et de leurs mentors.

Les élèves des Pionniers à Détroit

Trois-Rivières — Les 16 élèves de l’école secondaire Les Pionniers de Trois-Rivières qui ont pris part au Festival de robotique de Québec, il y a quelques jours, deviennent les premiers d’une école publique de la Mauricie à remporter une place qui leur permettra d’affronter les meilleurs lors de la grande finale mondiale qui se déroulera à Détroit du 24 au 27 avril prochains.

Cette équipe, qui a tout récemment remporté la deuxième place à Québec, ne dispose que de deux semaines, toutefois, pour amasser la somme nécessaire à ce voyage aux États-Unis, soit 25 000 $. Une collecte de fonds éclair est donc en cours. Les entreprises ou personnes qui souhaitent les appuyer peuvent donner directement à l’école ou via le site web gofundme.com (il faut cliquer sur l’onglet Recherche et taper Robotique First puis cliquer sur l’icône Robotique First-BotRaiders 7590).

Comme l’ont fait valoir les élèves, lors d’un point de presse tenu mardi, les entreprises qui feront un don «auront une visibilité mondiale»! Pas moins de 500 équipes des quatre coins de la planète seront en effet sur place.

Pour illustrer le degré d’enthousiasme des jeunes participants, l’entraîneur de l’équipe des BotRaiders, Johnathan Laplante, explique que «Robotique First, c’est la LNH de la robotique. C’est la plus grosse compétition de robotique au monde.»

L’équipe des Pionniers, «est une équipe recrue» et pour réaliser leur robot, les participants ont passé six semaines à raison de deux soirs par semaine de travail et chaque samedi, soit un investissement de 10 à 15 heures par semaine.

Ces jeunes ne sont, en majorité, qu’en deuxième et troisième secondaire. Comme les autres équipes, ils ont reçu de l’aide de mentors, soit Christian Desaulniers, un parent et informaticien et Mathieu Savary, un enseignant en entrepreneuriat. Ils ont aussi été «très autodidactes», souligne M. Laplante.

Personne ne s’attendait à recevoir un laissez-passer pour la compétition internationale. Leur robot était en effet «assez simple», fait remarquer M. Laplante. «On a été la toute dernière équipe a être repêchée», signale-t-il.

Parmi les jeunes gagnants présents au point de presse, la majorité est intéressée par une carrière en science, en particulier en informatique.

Le plus gros défi, pour l’équipe, fut la construction du robot. «Les jeunes ont travaillé à la conception et à la construction du robot de A à Z avec l’aide de mentors», dit-il.

Élie-Charles Desaulniers, 15 ans, élève de la concentration omniscience à l’école secondaire des Pionniers et chef d’alliance de l’équipe, s’est transformé en assistant programmeur et en chef électricien pour les besoins de la compétition. Il ne s’attendait pas à ce que l’équipe se rende si loin dès sa première année. «C’est beaucoup d’émotions», dit-il et cette participation apporte «de la confiance en nous», précise-t-il.

L’équipe a également remporté les meilleurs résultats de qualification d’une équipe recrue, le prix «Inspiration équipe recrue» et le prix de «l’Équipe finaliste meilleure alliance».

En Maurice et au Centre-du-Québec, seules les écoles des Pionniers et Keranna de Trois-Rivières ainsi que La Samare de Plessisville et le Collège Saint-Bernard de Drummondville ont participé à la compétition de Québec. La Samare a elle aussi remporté une participation à la compétition internationale de Détroit.

De son côté, Keranna, qui a donné un bon coup de main, cette année, aux participants des Pionniers, a remporté le Prix Innovation en contrôle et le prix Woodie Flowers pour son mentor exceptionnel, Martin Amyot d’AGT Robotics.