Les affaires express

Anciens locaux du Centre local de développement: une entente à Shawinigan
La Ville de Shawinigan et Gestions immobilières Bérubé & Lapointe ont conclu une entente pour la cessation d'un bail. Le bail visait les locaux qui abritaient autrefois le Centre local de développement (CLD). Actuellement seul l'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan y est établi.
Le bail avait une durée initiale de six ans et devait se terminer le 30 novembre 2019. Or, un communiqué de la Ville de Shawinigan fait état d'une entente entre les parties qui met fin au contrat. Les représentants de la Ville n'ont toutefois pas communiqué les modalités de l'entente. Rappelons qu'à la suite du déménagement du CLD à l'automne 2016, les locaux étaient devenus excédentaires pour la Ville. Comme l'administration shawiniganaise cherchait à se délier de l'entente, des négociations avaient été entreprises en 2015 mais n'avaient jamais abouti. En 2016, la Ville a assumé un loyer annuel de 83 000 $.
L'Office du Tourisme devra donc libérer les lieux d'ici le 31 juillet prochain. Un appel d'offres sera lancé dans les prochains jours afin de trouver des locaux permanents pour les activités de l'organisme. Pour l'instant, les bureaux de l'OTFCS seront temporairement relocalisés au Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins de Shawinigan.
Les services offerts par l'Office aux visiteurs ne subiront aucun changement. L'équipe Info Shawi, la borne numérique installée au Café Morgane du centre-ville et le Bureau d'information touristique de l'autoroute de l'Énergie demeureront donc accessibles.
Alphabet et Google: une amende de l'UE qui pèse lourd
Alphabet, la société mère de Google, a inscrit à ses résultats financiers du plus récent trimestre une dépréciation de 2,7 milliards $ US pour couvrir une amende qui lui a été imposée en juin par les autorités antitrust de l'Union européenne.
Même si le géant des moteurs de recherche sur Internet peut facilement se permettre d'allonger une telle somme, l'amende fait planer une certaine incertitude quant à l'habileté de l'entreprise à pouvoir poursuivre librement ses activités sur le continent.
Le jugement de la Commission européenne a reproché à Google d'avoir usé de sa position dominante sur le marché pour diriger injustement ses visiteurs vers son service de magasinage comparatif, Google Shopping, au détriment de ses rivaux. Alphabet envisage toujours de porter la décision en appel. Mais des années pourraient s'écouler avant qu'elle n'obtienne une décision de la Cour de justice de l'Union européenne.
Par ailleurs, Google est citée dans plusieurs autres dossiers antitrust en Europe. La société pourrait se voir imposer d'autres amendes si elle ne modifie pas la façon dont elle affiche Google Shopping dans ses pages de résultats d'ici la fin septembre. Alphabet a dévoilé lundi un bénéfice de 3,52 milliards $ US pour son deuxième trimestre. Le bénéfice par action de la société de Mountain View, en Californie, s'est établi à 5,01 $ US.