Les affaires en bref

Plus de 1,5 million $ à Trois-Rivières et Louiseville

TROIS-RIVIÈRES — Plus de 1,5 million $ seront injectés dans les circonscriptions de Trois-Rivières et Louiseville par l’entremise du programme Emplois d’été Canada.

Uniquement dans le comté de Trois-Rivières, c’est un montant de 942 879 $ qui sera investi afin de permettre la création de 157 emplois pour des jeunes âgés entre 15 et 30 ans. Ce programme récurrent est bien connu des organismes communautaires, ONBL et employeurs privés ou publics. Ainsi, 45 employeurs vont en bénéficier cet été.

Dans la circonscription de Louiseville, 583 130 $ seront remis à 88 employeurs pour permettre la création d’une centaine d’emplois toujours par l’entremise du programme Emplois d’été Canada.

De part et d’autre, des changements ont cependant été apportés dans l’attribution des subventions et des salaires, et ce, à cause de la crise sanitaire. «À la suggestion d’Emplois d’été Canada, nous avons priorisé les services essentiels», a souligné Louise Charbonneau, députée de Trois-Rivières.

En effet, le programme s’offre maintenant prioritairement aux services essentiels et le gouvernement subventionne jusqu’à 100 % du salaire minimum au lieu de 50 %. Et toujours en raison de la pandémie, certaines priorités ont été ajoutées à la liste de critères pour l’attribution de la subvention. Mentionnons le soutien aux organismes d’aide alimentaire et offrant des services de première ligne, les CHSLD et les résidences pour personnes âgées, particulièrement affectées par la COVID-19. Dans certains cas, la période des contrats a été échelonnée sur plusieurs semaines supplémentaires. «Nous avons réussi à donner un bon coup de main à 88 employeurs de la circonscription. Par le fait même, nous avons incité un grand nombre de jeunes à occuper un emploi d’été, et ce, dans les secteurs où les besoins sont les plus criants pendant cette pandémie», a précisé le député de Berthier-Maskinongé, Yves Perron.

Des modifications sont demandées

Par ailleurs, M. Perron en profite pour demander des modifications immédiates au programme Emplois d’Été Canada au même titre que la députée de Thérèse-De Blainville et porte-parole du Bloc québécois en matière d’Emploi, de Développement de la main-d’œuvre et Travail, Louise Chabot.

«Nous n’avons pas encore le portrait complet de la situation et juin est à nos portes. Plusieurs demandeurs risquent de simplement laisser tomber et annuler des projets. Des jeunes vont perdre des opportunités de travail. C’est inacceptable! Il faut absolument accélérer le processus pour que l’embauche puisse se faire dans les plus brefs délais», a déclaré Louise Chabot.

Yves Perron réclame aussi que le financement du programme soit augmenté. «Le gouvernement fait des annonces et dit qu’il finance maintenant 100 % des emplois, c’est bien. Mais sans ajout de sommes, cela signifie que des demandes sont refusées, car il n’y a plus d’argent disponible. Si on ajoute à cela les modifications aux priorités, ça fait beaucoup de bouleversements. Si le gouvernement veut vraiment stimuler la relance de façon constructive, il faut augmenter les sommes au programme», a-t-il ajouté.

«L’accès au programme a été élargi, ce qui est une bonne chose, mais le budget n’a pas suivi, ce qui revient à faire plus avec moins. Plusieurs organismes sont affectés par la situation. Je demande à la ministre d’ajouter des sommes dans le programme pour éviter que l’on pénalise les demandeurs», a conclu Yves Perron.

Rappelons que les organismes à but non lucratif, privés et publics, dont les demandes sont retenues reçoivent habituellement une réponse au mois d’avril. Les réponses ont commencé à arriver en mai et plusieurs sont toujours en attente.

***

Cégep de Shawinigan et CNETE: une subvention de 147 315 $ pour l’achat d’outils et d’instruments de recherche

TROIS-RIVIÈRES — Le Cégep de Shawinigan et le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE) viennent d’obtenir  une subvention d’outils et d’instruments de recherche appliquée du Programme d’innovation dans les collèges et la communauté.

Cette subvention d’une valeur de 147 315 $ permettra l’acquisition d’une plateforme de bioréacteurs innovants et réseautés pour la production autonome de biomolécules microbiennes. Celles-ci permettront de construire des algorithmes mathématiques assez puissants pour contrôler différents aspects de la fermentation en temps réel, de façon quasi autonome.

Le système peut également effectuer des correctifs de façon autonome, afin de maintenir la production selon le modèle mathématique établi.

L’acquisition de cette nouvelle plateforme permettra à l’équipe du CNETE de développer une expertise unique au Canada, de réduire les coûts associés au développement de nouveaux procédés et d’accélérer le transfert technologique vers les partenaires industriels

Le Cégep de Shawinigan et le CNETE accueillent avec grande joie l’obtention de cette subvention.  

«Les étudiants auront ainsi la chance de collaborer à des projets concrets réalisés par des experts et de développer des habiletés techniques importantes, ce qui constitue une expérience inestimable qui sera très certainement appréciée de la part de futurs employeurs », a indiqué Lucie Hamel, directrice des études du Cégep de Shawinigan.