Dominic Veillette, enseignant à l’école Laflèche, François Richard, programmeur chez Rum&Code et Denis Morin, directeur-conseil en entrepreneuriat de la Commission scolaire de l’Énergie sont très fiers d’annoncer la 2e édition du projet d’entrepreneuriat numérique.

L’entrepreneuriat numérique poursuit sur sa lancée

Shawinigan — Apprendre autrement, c’est la nouvelle initiative mise en œuvre par la Commission scolaire de l’Énergie. Encouragées par le succès remporté l’an dernier avec le projet d’entrepreneuriat numérique, sept écoles ont décidé d’embarquer dans ce projet innovateur.

C’est plus de 180 élèves des écoles Centrale, de la Source, de la Petite-Rivière, Immaculée-Conception, Jacques-Plante, la Providence et Laflèche qui sont actuellement à pied d’œuvre afin de terminer la conception de leurs jeux sérieux.

Dans le cadre de ce projet, les élèves doivent identifier une problématique d’apprentissage et un public cible. Chaque enseignant est parrainé par un coach qui provient des entreprises Quoly, Rum&Code, SmarTIC dont plusieurs sont installées au DigiHub du Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins à Shawinigan. Préalablement formés à l’utilisation de tutoriels adaptés aux élèves du primaire, les enseignants ont accueilli les coachs dans leur classe à l’occasion des trois visites en vue de présenter et d’expérimenter les principes de base de la programmation et de la planification complètes de leurs jeux sérieux.

L’école de la Petite-Rivière de Shawinigan a décidé d’embarquer dans ce projet. Les 22 élèves de 5e et 6e année ont aidé les élèves de la maternelle à mieux maîtriser certains concepts de base en mathématiques. Ils ont conçu un jeu sérieux où les tout-petits devront aider Félicia à se rendre à la plage en faisant les bons choix dans les formes, les couleurs ainsi que les nombres. «Grâce à ce projet, j’ai pu constater que c’est l’élève qui avait le plus de difficulté à l’école qui a trouvé sa force dans la création de jeux», précise Nathalie Beaudoin, enseignante de l’école de la Petite-Rivière.

«Étant à la fois père et utilisateur des techniques informatiques au quotidien dans mon travail, je suis convaincu que les habiletés acquises tôt en programmation et en informatique seront des plus utiles plus tard, peu importe le domaine dans lequel évolueront ces élèves. Mais surtout, c’est de voir avec quelle passion la grande majorité d’entre eux participent au projet commun qui me réjouit. Ils appliquent plusieurs connaissances des matières scolaires sur un projet concret et ils n’hésitent pas à creuser pour trouver des réponses», explique Bernard Prince, coach à l’école de la Petite-Rivière.

Les élèves de l’école Laflèche et leur enseignant Dominic Veillette ont aussi participé au projet. Après consensus, ils ont constaté un intérêt commun pour l’histoire. Après avoir découvert, sur Internet, un jeu interactif au sujet de la Guerre de 1914-1918, ils ont été déçus de voir qu’ils n’en trouvaient pas qui touchait la Deuxième Guerre mondiale. Ils ont donc décidé d’en créer un à ce sujet. Les joueurs seront donc invités à aider Giga afin de retrouver les pages perdues de son livre et ainsi retourner dans son monde.

«Ce programme incitera la relève à trouver des emplois dans l’entrepreneuriat. À plusieurs reprises, les élèves ont totalement surpassé le professeur», explique François Richard, enseignant de l’école Laflèche.

«Le travail que vous faites avec les jeunes du primaire ne se fait pas ailleurs. Ce projet est unique à Shawinigan. La Commission scolaire de l’Énergie a pris en charge ce projet afin de l’initier. Les coachs ont choisi de travailler pour Startup, car il y a une perspective d’emploi. Ce que les professeurs font actuellement avec les jeunes filles et les garçons c’est de leur montrer qu’il est possible de rêver. Ce projet qui s’inscrit parmi les initiatives de la Communauté entrepreneuriale permet de développer efficacement le goût d’entreprendre, de persévérer et de réussir», explique Denis Morin, directeur-conseil en entrepreneuriat à la Commission scolaire de l’Énergie.

Les jeux sérieux des sept écoles concourront dans le cadre de la 20e édition du défi OSEntreprendre, le concours québécois en entrepreneuriat. Les classes termineront leurs jeux d’ici le 13 mars et attendront la finale locale du défi qui se tiendra le 26 avril prochain dans le cadre du 10e Gala entrepreneurial Desjardins de la Commission scolaire de l’Énergie.