Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la Mauricie, Jean Boulet, était mardi aux côtés du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, et du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec, André Lamontagne.

L’économie et l’environnement à la même table

TROIS-RIVIÈRES — Trop longtemps opposés, l’économie et l’environnement sont maintenant indissociables, affirment des ministres québécois réunis à Trois-Rivières mardi dans le cadre de la tournée des régions pour l’élaboration du Plan d’électrification des transports et de changements climatiques.

«Une chose est devenue très claire. L’environnement et l’économie peuvent être et doivent cohabiter. L’économie peut nourrir le côté environnemental», affirme le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon lors de la présentation aux médias du bilan de cette consultation publique.

«Vous allez voir avec nos actions dans les prochains mois une adéquation très forte entre l’économie et l’environnement.»

Le Centre des congrès de l’hôtel Delta de Trois-Rivières accueillait en effet mardi après-midi la troisième rencontre d’une série de treize de la tournée de consultation des régions pour l’élaboration du Plan d’électrification des transports et de changements climatiques. Une vingtaine d’intervenants des milieux économiques, de la recherche et de l’environnement ont pris part à cette assemblée.

La rencontre de Trois-Rivières s’est tenue en présence du ministre Pierre Fitzgibbon mais aussi du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, et du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec, André Lamontagne. Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la Mauricie, Jean Boulet, était retenu à Montréal en après-midi, mais a tout de même fait acte de présence à la fin de la rencontre de consultation de mardi.

«On subit les impacts des changements climatiques dans notre région», a pour sa part ajouté le ministre Jean Boulet. «Nous sommes tous confrontés à la gestion des risques climatiques. [...] En tant que décideurs locaux ou régionaux, nous avons la responsabilité et le devoir d’agir en nous appuyant sur la science et la technologie pour répondre concrètement aux changements climatiques et permettre à nos citoyens d’y faire face.»

Les discussions ont notamment abordé les questions des sources d’énergies renouvelables, comme l’hydroélectricité, la biomasse, les biocarburants ou encore l’éolien.

Lauréanne Daneau, directrice générale d’Environnement Mauricie.

«Nous avons parlé beaucoup d’électrification. Notre gouvernement met beaucoup l’accent sur l’électrification de nos transports, nos bâtiments et nos industries. Il y a eu beaucoup de suggestions et de projets sur ces sujets», souligne le ministre Pierre Fitzgibbon, faisant un bilan des discussions.

Plusieurs entreprises, organismes de recherche ou encore décideurs de la région ont donc présenté leurs bons coups en environnement, mais aussi présenté des suggestions qui pourraient éventuellement se retrouver dans le nouveau Plan d’électrification des transports et de changements climatiques. Le travail de consultation et de préparation pour ce nouveau Plan se poursuivra dans les prochains mois et le gouvernement prévoit le présenter au début de l’année prochaine.

«Nous avons des objectifs très audacieux au gouvernement, qui sont de réduire de 37,5 % l’émission des gaz à effet de serre d’ici 2030. On ne peut pas y arriver si on n’additionne pas l’ensemble des mesures des intervenants de proximité», mentionne pour sa part le ministre Jonatan Julien. «On voit que l’innovation et l’audace sont dans nos régions.»

Ce nouveau Plan d’électrification des transports et changements climatiques aura le moyen de ses ambitions, assurent les ministres présents lors de la rencontre de Trois-Rivières. Le ministre Pierre Fitzgibbon rappelle que le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) va renommer le Fonds vert, qui comporte d’importantes sommes, et qu’Investissement Québec est là pour soutenir des projets bénéfiques pour l’environnement.

«Tout le côté investissement dans les structures sera fait par Investissement Québec. Et on a ajouté un milliard $ de fonds propres additionnels et un milliard $ des bureaux chefs de la croissance économique. Il y a une partie importante qui va aller à des projets d’entreprises qui permettent de faire diminuer les gaz à effet de serre», précise le ministre de l’Économie et de l’Innovation.

Le président-directeur général du Centre d’excellence en efficacité énergétique situé à Shawinigan était parmi les intervenants de cette consultation publique. Donald Angers estime que la Mauricie sortira gagnante de ce nouveau Plan d’électrification des transports et changements climatiques. «Le secteur énergétique, de la réduction des gaz à effet de serre et de l’environnement, ça fait partie de notre quotidien en Mauricie», mentionne Donald Angers.

Scientifique à la tête du Centre national en électrochimie et en technologies environnementales ainsi que conseillère municipale à Shawinigan, Nancy Déziel a également pris part aux discussions. Elle a notamment évoqué devant les ministres la possibilité de modifier les règles d’appels d’offres afin de considérer les impacts environnementaux dans l’octroi des contrats. Actuellement, cette donnée n’est pas prise en compte par la règle du plus bas soumissionnaire conforme. Les ministres présents ont pris bonne note de cette suggestion.

Des organismes oeuvrant en environnement ont également pris la parole. À la fin de cette rencontre, Lauréanne Daneau, directrice générale d’Environnement Mauricie, a confié voir d’un très bon oeil le processus de consultation du gouvernement auprès des régions. «Ce qui est intéressant c’est que le gouvernement veut que ça soit un plan qui nous permette d’atteindre nos cibles», précise-t-elle.