Les dirigeants de la compagnie ont la tête pleine de projets ambitieux pour Entreprise Prémont. Sur la photo: Serge Parenteau, Luc Girard, Patrice Barbeau et Dany Bergeron, dirigeants d’Entreprise Prémont
Les dirigeants de la compagnie ont la tête pleine de projets ambitieux pour Entreprise Prémont. Sur la photo: Serge Parenteau, Luc Girard, Patrice Barbeau et Dany Bergeron, dirigeants d’Entreprise Prémont

Le vent dans les voiles pour Entreprise Prémont

Louiseville — Après s’être lancée dans la production de masques chirurgicaux il y a de cela trois mois, Entreprise Prémont de Louiseville multiplie les annonces d’embauche de personnel et d’agrandissement des installations, signe que la compagnie a le vent dans les voiles.

L’entreprise, qui vient tout juste d’annoncer un agrandissement de son usine lui permettant de passer de 75 à 130 employés, possède un quasi-monopole à l’échelle provinciale en ce qui a trait à la fabrication d’équipement facial de protection.

«On est vraiment contents de voir que la production va aussi bien. Nous recevons des demandes par millions pour nos produits d’ici, qui sont reconnus par la science comme étant parmi les meilleurs au monde», a mentionné l’associé chez Entreprise Prémont Luc Girard.

La recette, un gage de succès

Dès l’apparition de la COVID-19 en sol québécois, Luc Girard, alors partenaire au sein d’une entreprise spécialisée dans la fabrication de filtres, s’est questionné, avec ses associés, sur la façon d’aider la société et, par le fait même, d’assurer la pérennité de sa compagnie.

L’idée de produire du matériel de protection chirurgical a aussitôt été amenée sur la table, puis, quelques jours plus tard, les premiers masques d’Entreprise Prémont étaient en circulation.

«Force est d’admettre que la production est maintenant à très grande échelle. Nous sommes déjà rendus à 80 employés en usine. En raison de notre expertise en filtration de l’air, nous avons une vision différente des autres, qui nous a permis d’élaborer une recette unique. Elle nous permet d’atteindre des sommets en matière d’efficacité de nos produits, qui sont tous testés en laboratoire», a-t-il ajouté.

Pour l’instant, les produits Humask, dont le nom fait référence à la protection de l’humain, demeurent les seuls à être produits exclusivement au Québec. C’est Entreprise Prémont qui s’occupe elle-même de presque tout le processus de fabrication d’un masque.

«Présentement, pour combler la forte demande, nous faisons affaire avec un seul sous-traitant. Par contre, dès l’automne, grâce à nos travaux d’agrandissement, nous serons en mesure d’assurer 100 % de la production de nos produits», a fait savoir M. Girard.

Confiants de durer

Celui qui, au départ, avait entrepris de fabriquer des masques chirurgicaux uniquement pour quelques mois n’est d’ailleurs pas inquiet de voir sa compagnie continuer de fleurir, et ce, même si la pandémie de COVID-19 devenait chose du passé.

«Si mon équipe et moi avions décidé de faire les mêmes masques que tout le monde, j’aurais toutes les raisons du monde d’être inquiet. Toutefois, le fait que nous ayons développé une recette unique en son genre grâce à notre expertise dans la fabrication de filtres m’assure que nous serons encore occupés pour de nombreuses années. Certes, nous allons peut-être devoir baisser notre production d’ici quelque temps, mais j’ai confiance que nous fonctionnerons à plein régime pour encore un ou deux ans», a-t-il soutenu.

Encore des annonces à venir

Par ailleurs, Entreprise Prémont ne compte pas s’arrêter à cet agrandissement. Les dirigeants de la compagnie émergente souhaitent effectivement continuer d’innover dans leur nouveau domaine d’expertise afin de devenir des chefs de file mondiaux en matière de conception de masques.

«Premièrement, nous souhaiterions être les premiers au monde à concevoir des équipements de protection chirurgicaux entièrement biodégradables. Personne n’a encore exploré cette avenue à travers le monde. Puis, ayant une fille partiellement atteinte de surdité, qui doit lire sur les lèvres pour comprendre les autres, j’aimerais développer des produits permettant de le faire en protégeant tout aussi efficacement leur propriétaire», a expliqué Luc Girard.

Pour atteindre tous ces objectifs, l’entreprise louisevilloise se verra peut-être dans l’obligation d’effectuer d’autres travaux d’agrandissement au cours des prochains mois. De plus, une annonce devrait être faite sur place le 17 juillet prochain en compagnie du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.