Le salaire des employés de l’administration québécoise accuse un retard de 13,7% par rapport aux autres salariés québécois et de 10,7% face aux travailleurs du secteur privé d’entreprises de 200 employés ou plus.

Le salaire des fonctionnaires québécois tire de la patte

MONTRÉAL - Les fonctionnaires québécois sont moins bien payés que les autres travailleurs, selon un nouveau rapport de l’Institut de statistique du Québec (ISQ), qui a été aussitôt brandi par les syndicats face au nouveau gouvernement caquiste.

Dans un document publié jeudi matin, l’ISQ indique que le salaire des employés de l’administration québécoise accuse un retard de 13,7 pour cent par rapport aux autres salariés québécois et de 10,7 pour cent face aux travailleurs du secteur privé d’entreprises de 200 employés ou plus. En 2017, l’ISQ faisait état de retards de 13,9 pour cent et de 10,2 pour cent, respectivement.

Le salaire moyen des fonctionnaires québécois est de 49 797 $.

«Le retard reste stable. La situation comparative de l’administration québécoise est demeurée stable», a indiqué Nadège Jean, coordonnatrice aux études de rémunération globale et relation client à l’Institut de la statistique du Québec.

Lorsqu’il est question de la rémunération globale, qui comprend le salaire, les avantages sociaux et les heures de présence au travail, l’administration publique, le retard s’affaiblit, mais il demeure tout de même de 6,6 pour cent comparativement aux autres employés salariés.

Il s’agit toutefois d’une amélioration par rapport aux dernières années, a souligné Mme Jean.

«Pour la rémunération globale, par rapport à l’année 2017, on voit une amélioration. Son retard qu’on voyait l’année passée s’est réduit, il passe de moins 8,6 à moins 6,6 pour cent», a-t-elle commenté en entrevue.

La rémunération globale des fonctionnaires québécois est équivalente à celle des employés du secteur privé, sauf pour ceux qui sont syndiqués. Les employés syndiqués du privé ont un net avantage, avec une rémunération globale plus de 17 pour cent plus élevée.

On observe aussi une différence marquée avec les autres employés du secteur public.

Pour les employés municipaux, d’entreprises publiques, des universités et de l’administration fédérale, la rémunération globale est 24,6 pour cent plus élevée. Seulement pour les employés municipaux, l’écart grimpe à 35,3 pour cent.

Les syndicats s’insurgent

Les trois grandes centrales syndicales n’ont pas tardé à envoyer un communiqué pour réagir à ces chiffres. La FTQ, la CSQ et le CSN se désolent de ce «retard toujours important».

«Avec des surplus budgétaires annoncés de plusieurs milliards de dollars, le gouvernement du Québec, qui est le plus grand employeur, n’a pas d’excuse pour refuser d’offrir des conditions salariales justes et équitables à toutes celles et ceux qui choisissent de prendre soin, d’éduquer, de donner des services à la population», a tonné Jacques Létourneau, président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec juge également «inadmissible» que le gouvernement «se place dans une position de faiblesse».

«Lorsqu’on manque d’effectif, on ne peut évidemment pas supporter les entreprises dans leur développement comme le souhaite le nouveau gouvernement de la CAQ, ni accompagner adéquatement les citoyens. L’État québécois doit cesser d’être bon dernier s’il veut attirer et retenir l’expertise et cesser une fois pour toutes d’être le «club-école» des autres employeurs», a déclaré dans un communiqué Christian Daigle, président général du SFPQ.